Vous-êtes ici: AccueilSport2021 07 02Article 605869

BBC Afrique of Friday, 2 July 2021

Source: www.bbc.com

Changement climatique : qu'est-ce que c'est ? Un guide très simple

Avec le réchauffement de la planète, l'eau s'évapore davantage Avec le réchauffement de la planète, l'eau s'évapore davantage

Si le Covid-19 a bouleversé une grande partie de la société humaine, la menace que représente le réchauffement climatique n'a pas disparu.

Les activités humaines ont augmenté les émissions de dioxyde de carbone, entraînant une hausse des températures. Des conditions météorologiques extrêmes et la fonte des glaces polaires figurent parmi les effets possibles.

Qu'est-ce que le changement climatique ?

La température moyenne de la Terre est d'environ 15°C, mais elle a été beaucoup plus élevée et plus basse dans le passé.

Il existe des fluctuations naturelles du climat, mais les scientifiques affirment que les températures augmentent aujourd'hui plus rapidement qu'à de nombreuses autres époques.

Ce phénomène est lié à l'effet de serre, qui décrit comment l'atmosphère terrestre piège une partie de l'énergie du soleil.

L'énergie solaire rayonnant dans l'espace depuis la surface de la Terre est absorbée par les gaz à effet de serre et réémise dans toutes les directions.

Cela réchauffe à la fois la basse atmosphère et la surface de la planète. Sans cet effet, la Terre serait environ 30°C plus froide et hostile à la vie.

Les scientifiques pensent que nous aggravons l'effet de serre naturel, les gaz libérés par l'industrie et l'agriculture piégeant davantage d'énergie et augmentant la température.

C'est ce qu'on appelle le changement climatique ou le réchauffement de la planète.

Que sont les gaz à effet de serre ?

Le gaz à effet de serre ayant le plus grand impact sur le réchauffement est la vapeur d'eau. Mais elle ne reste dans l'atmosphère que quelques jours.

Le dioxyde de carbone (CO2), en revanche, persiste beaucoup plus longtemps. Il faudrait des centaines d'années pour revenir aux niveaux préindustriels et les réservoirs naturels tels que les océans ne peuvent en absorber qu'une quantité limitée.

La plupart des émissions de CO2 d'origine humaine proviennent de la combustion de combustibles fossiles. Lorsque les forêts qui absorbent le carbone sont abattues et laissées à l'abandon, ou brûlées, le carbone stocké est libéré, ce qui contribue au réchauffement de la planète.

Depuis le début de la révolution industrielle, vers 1750, les niveaux de CO2 ont augmenté de plus de 30 %. La concentration de CO2 dans l'atmosphère est plus élevée que jamais depuis au moins 800 000 ans.

D'autres gaz à effet de serre, comme le méthane et l'oxyde nitreux, sont également libérés par les activités humaines, mais ils sont moins abondants que le dioxyde de carbone.

Quelles sont les preuves du réchauffement ?

Selon l'Organisation météorologique mondiale (OMM), le monde est environ un degré Celsius plus chaud qu'avant l'industrialisation généralisée.

Elle précise que les cinq dernières années, de 2015 à 2019, ont été les plus chaudes jamais enregistrées.

Sur l'ensemble du globe, le niveau moyen des mers a augmenté de 3,6 mm par an entre 2005 et 2015.

La majeure partie de ce changement s'explique par le fait que l'eau augmente de volume lorsqu'elle se réchauffe.

Cependant, on pense aujourd'hui que la fonte des glaces est la principale raison de l'élévation du niveau des mers. La plupart des glaciers des régions tempérées du monde reculent.

Et les données satellitaires montrent un déclin spectaculaire de la glace de mer arctique depuis 1979. La calotte glaciaire du Groenland a connu une fonte record ces dernières années.

Les données satellitaires montrent également que la calotte glaciaire de l'Antarctique occidental perd de sa masse. Une étude récente indique que l'Antarctique oriental pourrait également avoir commencé à perdre de la masse.

Les effets du changement climatique sont également visibles sur la végétation et les animaux terrestres. Ils comprennent des périodes de floraison et de fructification plus précoces pour les plantes et des changements dans les territoires des animaux.

De combien les températures vont-elles augmenter à l'avenir ?

Selon la plupart des simulations, la variation de la température à la surface du globe entre 1850 et la fin du XXIe siècle devrait être supérieure à 1,5 °C.

Selon l'OMM, si la tendance actuelle au réchauffement se poursuit, les températures pourraient augmenter de 3 à 5 °C d'ici la fin du siècle.

Une hausse des températures de 2C a longtemps été considérée comme la porte d'entrée vers un réchauffement dangereux. Plus récemment, les scientifiques et les responsables politiques ont fait valoir qu'il était plus sûr de limiter la hausse des températures à 1,5 °C.

Un rapport du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) publié en 2018 a suggéré que le respect de l'objectif de 1,5 C nécessiterait "des changements rapides, profonds et sans précédent dans tous les aspects de la société".

L'ONU mène un effort politique pour stabiliser les émissions de gaz à effet de serre. La Chine émet plus de CO2 que tout autre pays. Elle est suivie par les États-Unis et les États membres de l'Union européenne, bien que les émissions par personne y soient beaucoup plus importantes.

Mais même si nous réduisons considérablement les émissions de gaz à effet de serre, les scientifiques affirment que les effets se poursuivront. Les grandes masses d'eau et de glace peuvent mettre des centaines d'années à réagir aux changements de température. Et il faut des décennies pour que le CO2 soit éliminé de l'atmosphère.

Comment le changement climatique nous affectera-t-il ?

L'ampleur de l'impact du changement climatique est incertaine.

Il pourrait provoquer des pénuries d'eau douce, modifier radicalement notre capacité à produire des aliments et augmenter le nombre de décès dus aux inondations, aux tempêtes et aux vagues de chaleur. En effet, le changement climatique devrait augmenter la fréquence des phénomènes météorologiques extrêmes, même s'il est difficile d'établir un lien entre un événement donné et le réchauffement de la planète.

Avec le réchauffement de la planète, l'eau s'évapore davantage, ce qui entraîne une plus grande humidité dans l'air. Cela signifie que de nombreuses régions connaîtront des précipitations plus intenses et, dans certains endroits, des chutes de neige. Mais le risque de sécheresse dans les régions intérieures pendant les étés chauds augmentera. Les tempêtes et l'élévation du niveau de la mer devraient provoquer davantage d'inondations. Mais ces tendances devraient connaître de très fortes variations régionales.

Les pays les plus pauvres, qui sont les moins bien équipés pour faire face à des changements rapides, pourraient être les plus touchés.

On prévoit des extinctions de plantes et d'animaux, car les habitats changent plus vite que les espèces ne peuvent s'adapter. Et l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a prévenu que la santé de millions de personnes pourrait être menacée par l'augmentation du paludisme, des maladies d'origine hydrique et de la malnutrition.

L'augmentation des émissions de CO2 dans l'atmosphère entraîne une augmentation de l'absorption de ce gaz par les océans, ce qui rend l'eau plus acide. Cela pourrait poser de gros problèmes aux récifs coralliens.

Le réchauffement de la planète entraînera d'autres changements susceptibles de créer un réchauffement supplémentaire. Il s'agit notamment de la libération de grandes quantités de méthane lors de la fonte du permafrost, un sol gelé que l'on trouve principalement aux hautes latitudes.

La réponse au changement climatique sera l'un des plus grands défis que nous devrons relever au cours de ce siècle.