Vous-êtes ici: AccueilSport2021 07 23Article 609637

BBC Afrique of Friday, 23 July 2021

Source: www.bbc.com

Ce que recherche la nouvelle loi norvégienne qui oblige les influenceurs à avouer avoir retouché leurs photos

Elle concerne toute personne qui publie une promotion payante sur les médias sociaux Elle concerne toute personne qui publie une promotion payante sur les médias sociaux

Des ventres plus plats, des lèvres plus grandes, une peau plus lisse.

Lorsque nous regardons des photos sur les médias sociaux, il est parfois difficile de savoir ce qui est réel ou ce qui est modifié.

Mais un avis indiquant que le message comporte des filtres ou est modifié contribuerait-il à améliorer l'estime de soi des utilisateurs ?

Une nouvelle loi, qui entre en vigueur en Norvège, interdit aux influenceurs des médias sociaux de publier des photos modifiées sans indiquer ce qu'ils ont fait.

Les règles concerneront toute publication payante sur toutes les plateformes de médias sociaux, dans le cadre d'un effort visant à "réduire la pression exercée sur les jeunes quant à l'apparence de leur corps".

"Nous avons besoin de cette loi"

Madeleine Pedersen, 26 ans, est une influenceuse norvégienne sur Instagram.

Mme Pedersen affirme à BBC Radio 1 Newsbeat qu'il est "temps" que les règles changent et qu'elle espère que la loi empêchera les jeunes de se comparer à des images irréalistes.

"Il y a beaucoup de gens qui ne se sentent pas sûrs de leur corps ou de leur visage", dit-elle.

"J'ai lutté contre des problèmes de corps à cause d'Instagram dans le passé", admet-elle.

"Le pire, c'est que je ne sais même pas si les autres filles que j'admirais ont édité leurs photos ou non. C'est pourquoi nous avons tous besoin de réponses, nous avons besoin d'une loi comme celle-ci."

Madeleine ne "ressent pas le besoin" de modifier son apparence dans ses messages, qui touchent un public de plus de 90 000 personnes.

Elle modifie "la lumière, les couleurs et la netteté pour obtenir une meilleure atmosphère", mais affirme qu'elle n'utiliserait jamais une application pour modifier l'apparence de son visage ou de son corps.

Les objectifs

Le site web du gouvernement norvégien indique que l'objectif de la loi est de contribuer à réduire la pression exercée dans la société par les "personnes idéalisées dans la publicité".

"Elle introduit notamment l'obligation de marquer les publicités retouchées ou autrement manipulées lorsque cela signifie que le corps de la personne figurant dans les publicités s'écarte de la réalité en termes de forme, de taille ou de peau", ajoute-t-elle.

Elle couvrira également l'utilisation de filtres, tels que ceux qui peuvent être utilisés sur Snapchat, ainsi que les modifications numériques de la forme et de la taille du corps.

Elle concerne toute personne qui publie une promotion payante sur les médias sociaux, y compris de nombreux influenceurs, acteurs et chanteurs.

Madeleine Pedersen estime que les nouvelles exigences rendront les influenceurs norvégiens moins susceptibles de modifier leurs images.

"Ils seront trop gênés pour l'admettre, donc ils éditeront moins, comme ils le devraient", dit-elle.

"Tu es belle, ne gâche pas ça pour quelques likes. Ce n'est pas la vraie vie", conseille-t-elle.

Autres causes

Eirin Kristiansen, une influenceuse de 26 ans de Bergen, en Norvège, convient que la nouvelle loi est un "pas dans la bonne direction", mais estime qu'elle n'est "pas très bien pensée."

"Pour moi, cela ressemble davantage à un raccourci pour régler un problème qui ne va pas s'améliorer", déclare Eirin à Newsbeat.

"Les problèmes de santé mentale sont causés par bien d'autres choses qu'une photo retouchée, et une autre étiquette sur les photos des annonceurs ne changera pas ce que les filles et les garçons ressentent réellement, à mon avis."

Une étude menée par des députés britanniques l'année dernière révèle que la majorité des moins de 18 ans avouent que les images sur les médias sociaux influencent "extrêmement" leur image corporelle.

Seuls 5 % des moins de 18 ans interrogés ont déclaré qu'ils n'envisageraient pas de modifier leur apparence en suivant un régime ou en ayant recours à la chirurgie.

Eirin dit qu'elle ne retouche pas ses photos, mais joue avec "les lumières et les couleurs" pour capturer une "ambiance".

"Je pense que nous devrions nous concentrer davantage sur la façon dont nous pouvons apprendre à être sélectifs dans ce que nous voyons et apprendre comment les médias sociaux fonctionnent réellement", dit-elle.

"Les médias sociaux sont là pour rester"

Em Clarkson, une influenceuse basée à Londres, convient qu'il est important d'être sélectif avec ce que nous voyons.

La jeune femme de 26 ans poste des images non retouchées et parle souvent des méfaits des filtres et des applications de retouche.

Mais elle n'a pas toujours été comme ça.

"À 16 ans, j'ai téléchargé Photoshop et appris à m'en servir pour pouvoir poster une photo de bikini sur Facebook", admet-elle.

"Je sais que si ces applications [de retouche] avaient existé à l'époque, quand je n'étais pas heureuse de mon corps, je les aurais utilisées à coup sûr."

Lorsqu'elle était plus jeune, Em dit qu'elle avait du mal à se comparer aux femmes qu'elle voyait en couverture des magazines, ce qui arrivait environ deux fois par semaine.

Mais elle s'inquiète du fait que les plus jeunes, désormais sur Instagram, voient des images retouchées "50, 100 fois par jour, et tous les jours".

Selon Em, le gouvernement britannique devrait prendre la question "plus au sérieux" et introduire une loi comme celle de la Norvège.

"Tous les indicateurs montrent que les problèmes de santé mentale, les troubles de l'anxiété, les troubles de l'alimentation, tout cela est en augmentation", dit-elle.

  • TikTok : ce que les parents doivent savoir
"J'ai eu la chance de tomber dans une communauté extraordinairement positive sur Instagram, mais la grande majorité d'internet n'est pas comme ça", ajoute Em.

"Il doit y avoir une base sur laquelle nous acceptons d'agir de manière responsable, et je pense que [la loi norvégienne] est un bon début."

"Nous ne pouvons pas dire aux gens d'arrêter de retoucher leurs images, ce n'est pas faisable. Mais nous pouvons leur dire : "si vous voulez le faire, vous devez être honnêtes. C'est génial."