Vous-êtes ici: AccueilSport2021 03 28Article 584032

xxxxxxxxxxx of Sunday, 28 March 2021

Source: www.bbc.com

Canal de Suez : comment tentent-ils de libérer le navire Ever Given ?

L'opération visant à libérer un porte-conteneurs géant bloqué dans le canal de Suez se poursuit, tout en prévenant que cela pourrait prendre des jours, voire des semaines.

L'Ever Given, exploité par la société taïwanaise Evergreen Marine, a la longueur de quatre terrains de football et se trouve à l'extrémité sud du canal, empêchant d'autres navires de passer par l'une des voies navigables les plus fréquentées du monde.

A ne pas manquer sur BBC Afrique :

    Cinq points essentiels pour maintenir une bonne hygiène bucco-dentaire Quelles sont ces langues qui défient l'auto-traduction ? Quel est le pays le plus heureux du monde en période de pandémie ? Les usines qui transforment le poisson d'Afrique de l'Ouest en poudre Covid-19 : comment se déroule le déploiement des vaccins en Afrique ?
Le navire mesure 400 mètres de long et est coincé en diagonale dans un canal dont la largeur ne dépasse guère 200 mètres.

Le logiciel de trafic maritime indique que cinq remorqueurs entourent le navire. La société qui gère l'exploitation du navire, Bernhard Schulte Shipmanagement (BSM), a indiqué que jusqu'à neuf remorqueurs sont disponibles pour l'opération.

À l'aide de câbles ou en se plaçant directement à côté du navire en détresse, les remorqueurs tentent de le dégager des bancs de sable des deux côtés du canal.

Comme il est fermement ancré sur les deux rives, tous les efforts déployés jusqu'à présent pour le déplacer se sont révélés infructueux, a déclaré Sal Mercogliano, expert en histoire maritime à l'université Campbell aux États-Unis.

La BSM a fait savoir qu'une tentative de renflouer le navire jeudi matin a échoué, mais que les efforts déployés à l'aide de remorqueurs se poursuivront.

Dragage

Il s'agit maintenant d'extraire le sable et la boue qui se trouvent autour de la coque du navire.

L'entreprise de dragage Boskalis, basée aux Pays-Bas, gère cette opération.

L'expert maritime Sal Mercogliano explique que ces dragues sont un site familier sur le canal de Suez, utilisé pour draguer continuellement la voie d'eau afin de la garder praticable.

"De grandes machines s'enfoncent dans l'eau et arrachent essentiellement la terre du fond, que l'on peut ensuite déposer à terre."

La société de gestion du navire, BSM, indique qu'une "drague suceuse" spécialisée supplémentaire est désormais en place, capable de déplacer 2 000 mètres cubes de matériaux par heure.

Cependant, Peter Berdowski, directeur général de Boskalis, affirme que le dragage seul ne résoudra pas le problème.

"Il faudra peut-être des semaines, selon la situation" pour libérer le navire en combinant le dragage, le remorquage et l'enlèvement du poids du navire.

Retrait de la cargaison et du carburant

Une autre option pour tenter de renflouer le navire de 200 000 tonnes serait de retirer le carburant et la cargaison.

Il est peu probable que la vidange du carburant des réservoirs du navire permette de réduire suffisamment le poids sans autres mesures d'allègement de la charge.

Un navire de la taille de l'Ever Given peut transporter jusqu'à 20 000 conteneurs de 20 pieds et une opération de retrait de ces derniers par grue serait très difficile.

Outre les difficultés liées à l'obtention de grues adaptées suffisamment proches du navire, le processus pourrait causer des dommages et même déséquilibrer le navire.

"Il faudrait apporter de grandes grues flottantes - mais tout ce que vous faites actuellement, il faudrait déterminer comment cela affecterait la stabilité du navire", explique le Dr Mercogliano.

"Le pire scénario est qu'il se casse en deux à cause de la répartition [inégale] du poids."

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter