Vous-êtes ici: AccueilSport2021 03 21Article 581809

Sports News of Sunday, 21 March 2021

Source: www.camerounweb.com

Camus Mimb déplore l’arrogance et la dépendance des footballs africains et français

Il estime que les dirigeants du football africain et les autorités politiques devraient s’opposer à la non libération des joueurs par les clubs français.

On vient de réaliser à quel point, le football français et le football africain sont interdépendants. Tellement, qu'une question de libération des joueurs, a failli aligner en boucle, des incidents diplomatiques. Pour ceux qui ne le savent pas, la décision séculaire de faire jouer la Can en janvier, était liée au calendrier du championnat français, qui faisait une petite trêve à l'époque à cette période. Les joueurs africains qui allaient donc disputer cette compétition, ne perdaient presque pas de matches, ou juste un ou deux. Parce que les clubs français étaient conscients de leurs poids dans les effectifs.

Et malgré cela, beaucoup de footballeurs africains n'ont jamais eu les carrières en club équivalentes à leur talent, à cause de leur entêtement à rejoindre leurs sélections à une époque où la Fifa n'avait encore rien réglementé, et d'autres ont abandonné leurs rêves de sélection pour faire des carrières en club. Le chantage n'a pas commencé aujourd'hui et l'actualité du #Covid19, a juste ressuscité des velléités de vouloir imposer au football africain, des humeurs de fonctionnement du football français.

En suivant cette actualité de refus de libérer les joueurs africains pour leurs sélections, sous le prétexte de la septaine à leur retour et par la suite de l'assouplissement conditionné de cette règle, je me suis quand même, posé naïvement quelques questions : Le premier pays africain classé au rang mondial des pays les exposés et où il y a le plus de cas, est 17ème, et c'est l'Afrique du Sud. Le plus curieux, c'est qu'il y plus de cinq pays de l'Union européenne dans le top 20. Et c'est dans cette Union Européenne que sortir pour aller ailleurs est plus un danger. Vous rigolez !

Et ça me rappelle un exercice anodin dans tous les vols au départ de l'Afrique pour l'Europe des compagnies européennes. Ils pulvérisent toujours les cabines, une sorte de désinfection, et longtemps avant la psychose du Covid19, quand ce n'est pas la carte de vaccination de la fièvre jaune qui est exigée comme pièces obligatoire. En fait, on vit au régime des préjugés, où ceux qui sont plus exposés à la pandémie, font des autres, les cibles à suspecter pour leur propre maladie. Cette restriction était donc absurde, discriminatoire et montre clairement les préjugés véhiculés ici et là.

En même temps, il faut que cela interpelle les responsables du football africain, que j'ai trouvé un peu trop évasifs sur la réplique à donner à une telle situation, à l'exception du Sénégal, dont la santé de la sélection nationale dépend peut-être un peu trop de la Ligue 1 française, mais qui a trouvé des mots pour s'opposer fermement à cette tentative d'assimilation de tout le football africain.

Ce qui était plus curieux dans le registre des réactions, ce sont les libertés que certains se sont données pour parler avec arrogance au football africain. Frédéric Antonetti l'entraîneur de Metz est de ceux là. Lorsqu'il déclare : "J'ai une dizaine de joueurs sélectionnables dont 8 titulaires. Je ne suis pas maso ! Je ne peux pas m'en priver pour les 2 matchs à Monaco (NDLR : en L1, le 3 avril, puis en Coupe de France trois jours plus tard). Une décision très intelligente a été prise en Amérique du Sud. L'Afrique et l'Asie devraient s'en inspirer. ». Mais M. Antonetti, c'est quoi le FC Metz devant une sélection nationale? Êtes-vous capable d'avoir le même discours s'il s'agissait de l'Équipe de France ? Pendant combien de temps allons nous encore supporter votre mépris du football africain ?

À l'opposé, Bruno Genésio l'entraîneur de Rennes, déclarait :« Ma position est très difficile, je trouve qu’on met à la fois les clubs et les joueurs dans des situations compliquées. Peut-être que la meilleure solution serait de reporter la journée après la trêve pour que tous les joueurs puissent partir, car je ne vois pas pourquoi les internationaux français pourraient partir en sélection et pas les Africains, je ne trouve pas ça très logique et correct ».

Heureusement donc, la bêtise n'est pas la chose la mieux partagée sur les bancs de Ligue 1.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter