Vous-êtes ici: AccueilSport2021 01 26Article 569449

xxxxxxxxxxx of Tuesday, 26 January 2021

Source: Actucameroun.com

CHAN 2020 : les stadiers de Japoma en colère et menacent de tout arrêter

Les stadiers du stade de Japoma qui abrite la poule B du CHAN 2020 menacent de « rendre le tablier » si rien n’est fait pour améliorer leurs conditions de travail.

Après le mouvement d’humeur des volontaires sur le site de Douala, c’est désormais au tour des stadiers, en l’occurrence ceux de Japoma, d’exprimer leur ras-le-bol. Dans une correspondance destinée au Ministre des Sports et de l’Education Physique, président du Comité d’organisation du CHAN 2020, ils menacent de tout arrêter si rien n’est fait pour améliorer leurs conditions de travail. Ils se plaignent des responsables de ce site de la compétition qui ne leur offrent pas d’agréables conditions de travail.

« Comment comprendre que sur le site de Yaoundé, un stadier perçoive pour chaque jour de match, la somme de 5000 Francs, à Limbe, le même service revient à 4000 Francs, à Bépanda, c’est 2000 Francs et une fois à Japoma, c’est autour de minuit qu’on nous rassemble pour nous remettre 1000 ? Sur quels critères ? Japoma à lui seul, c’est 50 000 places assises, donc, en principe le plus gros du travail. » S’insurgent-ils, dans la lettre destinée au Ministre des Sports. Avant de poursuivre : « Monsieur, pour que la fête du football continue d’être belle dans notre pays, nous vous sommons de mettre la lumière sur cette situation qui ne cesse de durer et nous empêche d’exercer l’esprit tranquille », exigent-il.


Ces stadiers ou stewards, qui oeuvrent pour la sécurité des spectateurs et des joueurs lors des matchs de football, emboitent plus ou moins le pas aux volontaires, qui n’ont eu de cesse de crier à l’injustice depuis le kick-off de ce CHAN 2020.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter