Vous-êtes ici: AccueilSport2021 05 25Article 598612

BBC Afrique of Tuesday, 25 May 2021

Source: www.bbc.com

Anniversaire du meurtre de George Floyd : "rien à célébrer"

Certains disent que George Floyd a été utilisé par les politiciens comme un martyr Certains disent que George Floyd a été utilisé par les politiciens comme un martyr

La désormais célèbre vidéo montrant les derniers instants de George Floyd a braqué les projecteurs sur le racisme et la brutalité policière à l'encontre des Noirs.

Pour certains, la rare condamnation aux États-Unis du policier blanc Derek Chauvin pour le meurtre d'un homme noir prouve que justice a été rendue.

Mais pour beaucoup de gens, ce n'est pas si simple.

Toni, un caméraman de 28 ans, a entendu le verdict d'avril depuis sa chambre d'hôtel, après une longue journée de tournage pour son travail.

"Je ne peux pas vraiment décrire le sentiment, mais ce n'était certainement pas triomphal", dit-il. "C'est ironique de constater qu'il s'agissait plutôt d'un énorme soupir de soulagement, d'une profonde respiration".

"Cela m'a-t-il donné plus de confiance dans le système judiciaire ? Pas vraiment."

L'année dernière, j'ai parlé à trois jeunes noirs de différentes régions du monde au sujet du meurtre de George Floyd.

Un an plus tard, j'ai rattrapé Toni Adepegba, Laëtitia Kandolo et Nia Dumas pour savoir ce que cette condamnation signifie pour eux, et pour voir si, comme moi, ils ont eu du mal à trouver les mots pour exprimer leurs sentiments.

Malgré une brève célébration, ce n'est pas longtemps après l'annonce de la condamnation que j'ai pris conscience d'une tristesse aiguë et d'un sentiment d'émotion non résolue. Et je n'étais pas la seule.

"J'étais à la maison et j'ai vu le post [de l'annonce] sur mon Instagram et je suis allée sur Twitter pour en savoir plus", se souvient Laëtitia.

"Je ne pense pas qu'heureux soit le bon mot parce que vous êtes heureux pendant les cinq premières minutes puis vous réalisez que cela n'aurait pas dû arriver en premier lieu", reconnait-elle.

"Il n'y a rien à fêter parce que vous savez que c'est juste une fois dans toute cette histoire et que ces meurtres se produisent tous les jours et continueront à se produire", dit-elle.

Toni a également trouvé la nouvelle difficile.

"Vous voulez voir de l'espoir, quand vous entendez qu'il a été condamné pour toutes les charges, vous voulez penser ou croire que les choses vont changer maintenant", explique-t-il.

"En fin de compte, je pense que tant que les problèmes plus importants ne seront pas réglés, ces choses continueront à se produire, comme pour Ma'Khia Bryant", ajoute-t-il.

Ma'Khia Bryant, 16 ans, a été abattue par un policier blanc dans l'État américain de l'Ohio, qui répondait à un appel d'urgence concernant une tentative d'agression au couteau.

Nicholas Reardon a abattu l'adolescente noire environ 30 minutes avant que le verdict ne soit rendu dans le procès de Chauvin. Elle attaquait une autre fille avec un couteau au moment des faits.

"Ça reste avec vous"

La vidéo de George Floyd a été un tournant pour Laëtitia, designer basée en RD Congo, qui pensait au départ que le partage des vidéos était peut-être le seul moyen de demander des comptes aux racistes. Aujourd'hui, elle pense que le coût est peut-être trop élevé.

"Chaque fois qu'il y a un incident similaire, cela me donne juste des flashbacks de la vidéo de Floyd", dit-elle.

"Je me mets à penser à la façon dont cette personne a été traitée dans ses derniers instants, est-ce qu'elle a crié pour sa mère aussi, peut-on voir le désespoir dans ses yeux, peut-on la voir réaliser que c'est la fin ? Cela reste en vous. "

Tout comme la vidéo elle-même, les conversations autour de la race ont été incontournables au cours de l'année dernière pour de nombreuses personnes.

Pour Toni, la pandémie a déplacé ces discussions d'une manière qu'il n'avait pas connue auparavant et a relancé l'élan autour de Black Lives Matter.

"Nous étions dans une période où tout le monde était bloqué à la maison, donc beaucoup de gens ont eu plus de temps pour s'asseoir et traiter certaines vérités inconfortables", dit-il.

Le poids de ces conversations difficiles continue d'avoir un impact sur la santé mentale de nombreuses personnes noires. Je me suis sentie épuisée et accablée.

Au cours du procès, de nouvelles séquences filmées par des caméras de police ont été diffusées, montrant le déroulement de l'arrestation et de la mort de George Floyd.

"Je n'ai pas l'impression d'avoir besoin de revivre ce traumatisme, alors je n'ai pas regardé le clip complet de ses derniers instants", explique Toni.

"Je fais attention à ne pas laisser cette lourdeur s'installer dans mon système, car je sais qu'elle va m'affecter émotionnellement, mentalement, spirituellement et physiquement - je dois faire ce que je peux pour garder mon âme en paix."

Toni a décidé de suivre une thérapie pour trouver un moyen de naviguer et de faire face à une année très difficile.

Au départ, il hésitait à demander de l'aide en raison du manque de diversité dans les soins de santé mentale au Royaume-Uni.

"La réalité est qu'aucune de ces personnes ne me ressemblait, elles étaient toutes blanches et je n'avais tout simplement personne avec qui je pouvais m'identifier", dit-il.

"Je pense que le fait de chercher à nouveau une aide professionnelle visait davantage à me doter d'outils pour aider d'autres personnes, non seulement à cause de Black Lives Matter, mais aussi parce que nous traversons une saison où il y a tellement de choses qui ont affecté et déclenché notre communauté.

"Je n'ai pas le privilège d'exister"

Jusqu'au tout dernier moment, Nia pensait que Chauvin serait déclaré non coupable.

L'étudiante de 20 ans a grandi aux États-Unis aux côtés d'une liste de noms et de hashtags - des campagnes pour la justice - qui se sont toutes terminées sans condamnation.

Beaucoup de noms de victimes sont familiers aux personnes aux États-Unis et dans le monde entier comme exemples de brutalité policière et de racisme ; Breonna Taylor, Eric Garner, Sandra Bland, Tamir Rice pour n'en citer que quelques-uns.

"Je me souviens d'avoir regardé l'affaire Trayvon Martin, puis d'être allée à l'école et d'avoir appris les trois branches du gouvernement et son fonctionnement", explique Nia.

"À 11 ans, je me dis que, bien sûr, il va être condamné parce que nous venons d'apprendre la semaine dernière que si vous enfreignez la loi, vous devrez rendre des comptes."

Trayvon Martin était un jeune Noir de 17 ans non armé, abattu par un gardien de quartier de Floride, qui a été acquitté pour meurtre en 2012 en invoquant la légitime défense.

La liste des noms n'a cessé de s'allonger.

"Puis quelques années après Trayvon, ce fut Michael Brown, puis Tamir Rice qui est en fait de ma ville natale".

Pour Nia, qui a grandi dans le quartier défavorisé de Cleveland, ses meilleurs souvenirs d'enfance sont un flou de visites au cinéma et de journées interminables au skating park avec ses amis.

"La seule chose qui me manque quand j'étais plus jeune, c'est que je pouvais aller à l'école, au magasin ou n'importe où sans qu'on me fasse des commentaires sur moi en rapport avec ma négritude", dit-elle,

"Je n'ai plus vraiment le privilège d'exister".

"Cela m'a fait mûrir rapidement parce que vous réalisez que si vous êtes une personne noire en Amérique, c'est ce qui se passe."


Certains disent que George Floyd a été utilisé par les politiciens comme un martyr.

"Il est en fait une victime de meurtre", dit Nia. "Ils pensent que les Noirs vont mieux accepter [la situation] s'il est mort pour une cause soi-disant plus grande".

"Mon problème, c'est la façon dont le gouvernement présente les choses, ce n'est pas que nous voulons que les policiers soient condamnés après nous avoir tués - nous ne voulons pas du tout qu'ils nous tuent."

Environ 1 000 personnes par an sont tuées par des policiers aux États-Unis, selon un projet indépendant qui suit les violences policières. La plupart sont abattues.

Bien que les Afro-Américains ne représentent qu'environ 13 % de la population, les recherches montrent que la police abat les Noirs non armés plus de trois fois plus souvent que les Blancs.

Nia pense qu'il existe un racisme systémique dans le maintien de l'ordre aux États-Unis et que, tant qu'il ne sera pas réglé, rien de significatif ne ressortira de la condamnation de Chauvin.

"Je pense que la raison pour laquelle ils se concentrent uniquement sur les condamnations est qu'ils ne veulent pas faire de changements structurels, alors c'est comme une victoire alternative pour nous apaiser", dit-elle.

"Une autre forme de liberté"

Au plus fort des manifestations mondiales de Black Lives Matter en 2020, Laëtitia vivait à Paris alors que des statues étaient renversées et que des centaines de milliers de personnes descendaient dans la rue pour s'unir contre le racisme.

Aujourd'hui, la jeune femme de 29 ans réside à Kinshasa, en RD Congo, où elle a déménagé en septembre.

"Je vis dans un endroit où je peux être pleinement moi-même", dit-elle.

Son appartement donne sur une route poussiéreuse où elle peut entendre les enfants du quartier jouer et la dernière bande sonore de Rumba emplir l'air humide.

"Ils ont un autre type de liberté, à un niveau que je n'ai jamais eu, je parle de l'espace mental et physique pour être eux-mêmes. Ce ne sont pas des enfants noirs ici, ce sont simplement des enfants", dit-elle.

"J'ai vraiment l'impression que la pandémie m'a renvoyée chez moi parce que je ne me vois vraiment pas vivre à Paris, ce qui est fou à dire.

"Je ne dis pas que tout le monde devrait ou peut partir en Afrique, car ce n'est pas facile, mais je pense qu'une fois que vous avez fait l'expérience d'un pays où vous vous sentez pleinement accepté, vous ne pouvez pas revenir en arrière.

"Nous naissons ou grandissons dans des endroits où l'on s'imagine que c'est comme ça et ce que je dis, c'est qu'on ne devrait pas se sentir bien."

"C'est noir ou blanc"

De nombreuses personnes noires, tout comme Nia, Laëtitia et Toni, pensent qu'être noir signifie que l'on ne dispose pas des mêmes marges d'erreur que les blancs.

Certains pensent que c'est cette expérience vécue qui est au cœur de la compréhension de la mort de George Floyd.

"Quand vous êtes la seule personne noire, vous vous observez en permanence et vous voyez comment les autres vous regardent comme si vous étiez en quelque sorte perdu ou mal placé", explique Laëtitia.

"Mais c'est aussi difficile de vivre avec cette pression, alors vous réfléchissez et travaillez toujours deux fois plus - pendant que les autres s'efforcent de faire en sorte que tout aille bien, vous visez la perfection."

"La justice, c'est que [George Floyd] ne subisse pas la mort qu'il a connue, indépendamment de ce qu'il est censé avoir fait", dit Toni.

Un employé du magasin a signalé M. Floyd à la police, croyant que le billet de 20 dollars (10 710 FCFA) qu'il avait utilisé pour acheter un paquet de cigarettes était faux. Une demi-heure plus tard, George Floyd était mort.

Le procès et la condamnation de Derek Chauvin ressemblent à une exception, plutôt qu'au cours naturel d'un système judiciaire qui sert tout le monde équitablement.

Pour Nia, Laëtitia et Toni, c'est simple : si le système était vraiment équitable, George Floyd serait encore en vie.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter