Vous-êtes ici: AccueilSport2021 09 20Article 619363

BBC Afrique of Monday, 20 September 2021

Source: www.bbc.com

Abdelaziz Bouteflika: qui était l'ancien président algérien décédé à 84 ans

Qui était l'ancien président algérien décédé à 84 ans Qui était l'ancien président algérien décédé à 84 ans

L'ancien président de l'Algérie, Abdelaziz Bouteflika, est décédé après une longue maladie à l'âge de 84 ans.

Bouteflika a dirigé le pays pendant près de deux décennies, se retirant en 2019 après que sa candidature à un cinquième mandat ait entraîné des manifestations de rue massives.

Il a joué un rôle clé dans la guerre d'indépendance de l'Algérie dans les années 1950 et 1960.

Puis, en 1999, alors que l'Algérie émergeait d'une guerre civile brutale qui a tué près de 200 000 personnes, il est devenu président à l'insistance des militaires.

Bouteflika avait rarement été vu en public depuis un accident vasculaire cérébral en 2013, qui a affecté sa parole et sa mobilité.

Une riche carrière politique

Sa carrière politique a commencé tôt : après l'indépendance de l'Algérie vis-à-vis de la France en 1962, il est devenu le plus jeune ministre des affaires étrangères du monde à l'âge de 25 ans, un record qui tient toujours.

Il occupera ce poste pendant 16 ans et sera un membre actif de l'ONU. En tant que président de l'assemblée générale en 1974, il a invité le dirigeant palestinien Yasser Arafat à s'adresser à l'organe directeur de l'ONU - un geste sans précédent et novateur.

Il a également insisté pour que la Chine ait un siège à l'ONU et s'est opposé à l'apartheid en Afrique du Sud. On lui attribue le mérite d'avoir donné au jeune Nelson Mandela sa première formation militaire.

Bouteflika a passé une partie des années 1980 en exil, évitant les accusations de corruption qui ont finalement été abandonnées.

Il est rentré chez lui dans les années 1990 et a pris ses fonctions en 1999 - le premier dirigeant civil de l'Algérie depuis plus de trois décennies.

Celui que l'on surnomme "Boutef" parvient à négocier la paix entre l'armée et les militants islamistes armés qui se livrent à la guerre civile dans le pays.

La fin du pouvoir

En 2008, il a été à l'origine d'une modification de la constitution algérienne qui a supprimé la limite de deux mandats pour les présidents - et a été dûment réélu deux fois, bien qu'il ait fait l'objet d'accusations de fraude.

Lorsque les manifestations du printemps arabe de 2011 ont éclaté dans toute l'Afrique du Nord, M. Bouteflika a rapidement augmenté les subventions publiques et mis fin à l'état d'urgence en vigueur depuis longtemps en Algérie.

  • L'armée ‘exige’ le départ de Bouteflika
Sa dernière apparition publique a eu lieu en 2017, quatre ans après son attaque, lorsqu'il a inauguré une station de métro et la mosquée Ketchaoua, récemment rénovée, à Alger. À cette époque, son frère cadet Saïd Bouteflika était largement considéré comme le véritable dirigeant du pays dans les coulisses.

Lorsqu'il a été annoncé que le président malade se présenterait pour un cinquième mandat en 2019, les protestations se sont répandues dans tout le pays.

Elles ont fait boule de neige et se sont transformées en véritables manifestations hebdomadaires à l'échelle nationale, comme jamais l'Algérie n'en avait connu auparavant.

Après avoir initialement juré de reporter les élections et de se retirer dans l'année, Bouteflika a été contraint de démissionner.

C'est la dernière fois que la plupart des Algériens ont vu l'homme qui a occupé la présidence pendant 20 ans.