Vous-êtes ici: AccueilSport2021 05 06Article 595906

BBC Afrique de

Source: www.bbc.com

20 ans en Afghanistan : cela en valait-il la peine ?

Cela en valait-il la peine ? Cela en valait-il la peine ?

Après 20 ans dans le pays, les forces américaines et britanniques quittent l'Afghanistan. Ce mois-ci, le président Biden a annoncé que les 2 500 à 3 500 militaires américains restants seraient partis d'ici le 11 septembre. Le Royaume-Uni fait de même en retirant ses 750 soldats restants.

La date est significative. Cela fait exactement 20 ans que les attaques du 11 septembre d'Al-Qaïda contre l'Amérique, planifiées et dirigées depuis l'Afghanistan, ont engendré la création de la coalition dirigée par les États-Unis qui a mis fin au pouvoir des Talibans et chassé temporairement Al-Qaida.

Le coût de cet engagement militaire et sécuritaire de 20 ans a été astronomiquement élevé - en vies, en moyens de subsistance et en argent. Plus de 2 300 militaires américains ont été tués et plus de 20 000 blessés, ainsi que plus de 450 Britanniques et des centaines d'autres d'autres nationalités.

Mais ce sont les Afghans eux-mêmes qui ont subi le plus gros des pertes, avec plus de 60 000 membres des forces de sécurité tués et près de deux fois plus de civils.

Le coût financier estimé pour le contribuable américain est proche de 1 milliards de dollars US.

La question délicate à se poser est donc la suivante : cela en valait-il la peine ?

La réponse dépend de ce que vous mesurez.

Prenons juste un peu de recul et examinons pourquoi les forces occidentales sont entrées dans le pays en premier lieu et ce qu'elles ont décidé de faire. Pendant cinq ans, de 1996 à 2001, un groupe terroriste transnational désigné, Al-Qaïda, a pu s'implanter en Afghanistan, dirigé par son leader charismatique Oussama Ben Laden. Il a mis en place des camps d'entraînement terroristes, y compris l'expérimentation de gaz toxiques sur les chiens, et a recruté et formé environ 20 000 volontaires djihadistes du monde entier. Il a également dirigé les deux attaques contre les ambassades américaines au Kenya et en Tanzanie en 1998, tuant 224 personnes, pour la plupart des civils africains.

Al-Qaïda a pu opérer en toute impunité en Afghanistan car il était protégé par le gouvernement de l'époque : les talibans, qui avaient pris le contrôle de tout le pays en 1996 après le retrait de l'Armée rouge soviétique et les années suivantes de guerre civile destructrice.

Les États-Unis, par l'intermédiaire de leurs alliés saoudiens, ont tenté de persuader les talibans d'expulser Al-Qaïda, mais ils ont refusé. Après les attentats du 11 septembre 2001, la communauté internationale a demandé aux talibans de liver les responsables - mais encore une fois, les talibans ont refusé. Le mois suivant, une force anti-talibans composée d'Afghans, connue sous le nom d'Alliance du Nord, a donc marché sur Kaboul, avec le soutien des forces américaines et britanniques, chassant les talibans du pouvoir et faisant fuir Al-Qaida au-delà de la frontière pakistanaise.

Cette semaine, des sources de sécurité de haut niveau ont déclaré à la BBC que depuis lors, il n'y a pas eu une seule attaque terroriste internationale réussie prévue depuis l'Afghanistan. Ainsi, en se basant uniquement sur la mesure du contre-terrorisme international, la présence militaire et sécuritaire occidentale a réussi à atteindre son objectif.

Mais il s'agirait là, bien sûr, d'une évaluation extrêmement simpliste qui ne tient pas compte de l'énorme tribut que le conflit a fait - et fait encore - payer aux Afghans, qu'ils soient civils ou militaires. Vingt ans plus tard, le pays n'est toujours pas en paix. Selon le groupe de recherche Action on Armed Violence, 2020 a vu plus d'Afghans tués par des engins explosifs que dans tout autre pays du monde. Al-Qaïda, l'État islamique (EI) et d'autres groupes militants n'ont pas disparu, ils renaissent et sont sans doute encouragés par le départ imminent des dernières forces occidentales restantes.

En 2003, lors d'une mission en immersion dans une base de tir isolée de la province de Paktika avec la 10e division de montagne de l'armée américaine, je me souviens qu'un collègue vétéran de la BBC, Phil Goodwin, exprimait ses doutes quant aux résultats de la présence militaire de la coalition. "D'ici 20 ans", disait-il, "les talibans auront repris le contrôle de la majeure partie du Sud". Aujourd'hui, à la suite des pourparlers de paix de Doha et des avancées militaires sur le terrain, ils sont sur le point de jouer un rôle décisif dans l'avenir de l'ensemble du pays.

Pourtant, le général Sir Nick Carter, chef d'état-major de la défense britannique, qui a effectué plusieurs tournées là-bas, souligne que ''la communauté internationale a construit une société civile qui a changé le calcul du type de légitimité populaire que veulent les talibans''.

"Le pays est dans une meilleure situation qu'en 2001", dit-il, ''et les talibans sont devenus plus ouverts d'esprit''.

Le Dr Sajjan Gohel, de la Fondation Asie-Pacifique, adopte un point de vue un peu plus pessimiste. ''Il y a une réelle inquiétude'', dit-il, ''que l'Afghanistan puisse redevenir le terreau de l'extrémisme qu'il était dans les années 1990''. C'est une préoccupation partagée par de nombreuses agences de renseignement occidentales.

Le Dr Gohel prédit : " il y aura une nouvelle vague de combattants terroristes occidentaux étrangers qui se rendront en Afghanistan pour s'entraîner à commettre des actes terroristes. Mais l'Occident sera incapable d'y faire face car l'abandon de l'Afghanistan sera déjà achevé."

Cette situation n'est peut-être pas inévitable. Elle dépendra de deux facteurs : premièrement, si des talibans triomphants autorisent les activités d'Al-Qaida et de l'EI dans les zones qu'ils contrôlent, et deuxièmement, dans quelle mesure la communauté internationale est prête à s'y attaquer lorsqu'elle ne disposera plus des ressources nécessaires dans le pays.

La situation sécuritaire future de l'Afghanistan est donc opaque. Le pays que les forces occidentales quittent cet été est loin d'être sûr. Mais peu de gens auraient pu prédire, dans les jours grisants qui ont suivi le 11 septembre, que celles-ci resteraient pendant deux décennies.

Quand je repense maintenant aux différents voyages de reportage que j'ai effectués en Afghanistan, en me joignant aux troupes américaines, britanniques et émiraties, un souvenir ressort au-dessus de tout le reste. C'était à cette base de feu de l'armée américaine à seulement 6 km de la frontière avec le Pakistan, et nous étions accroupis sur des boîtes de munitions dans un fort aux murs de boue sous un ciel rempli d'étoiles. Tout le monde venait de se régaler de faux-filet texans venus de Ramstein en Allemagne - oui, c'est vraiment arrivé - et la volée de roquettes taliban qui a frappé plus tard la base n'était pas encore tombée.

Lorsque je repense aux différents reportages que j'ai effectués en Afghanistan, au sein des troupes américaines, britanniques et émiraties, un souvenir me vient à l'esprit. C'était dans cette caserne de l'armée américaine située à 6 km de la frontière pakistanaise, et nous étions accroupis sur des caisses de munitions dans un fort aux murs de boue, sous un ciel rempli d'étoiles. Nous étions accroupis sur des caisses de munitions dans un fort aux murs de boue, sous un ciel rempli d'étoiles. Tout le monde venait de se régaler de steaks de côte de boeuf texans acheminés par avion de Ramstein en Allemagne - oui, cela s'est vraiment passé - et la volée de roquettes talibanes qui a ensuite frappé la base n'était pas encore arrivée.

Un soldat de 19 ans, originaire du nord de l'État de New York, nous a raconté comment il avait perdu plusieurs de ses camarades pendant son séjour là-bas. "Si c'est mon heure, c'est mon heure", a-t-il haussé les épaules. Puis quelqu'un a sorti une guitare et a fait une interprétation parfaite de la chanson de Radiohead, Creep. Il a terminé avec les mots, "Qu'est-ce que je fais ici ? Je n'ai rien à faire ici." Et je me souviens avoir pensé à ce moment-là : non, nous n'avons probablement rien à faire ici.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter