Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 04 09Article 587878

General News of Friday, 9 April 2021

Source: www.camerounweb.com

À quand l’entrée en vigueur de l’article 66 de la Constitution ?

C’est l’une des principales doléances des députés à l’endroit du président de la Conac, Dieudonné Massi Gams, hier à l’assemblée nationale.

L’Assemblée nationale a consacré une plénière spéciale pour faire l’état des lieux de la lutte contre la corruption au Cameroun. Face aux députés, le président de la Commission nationale anticorruption (Conac, Dieudonné Massi Gams, est venu non seulement présenter les avancées de la lutte, mais surtout ses attentes vis-à-vis des élus pour résolument démanteler les poches de corruption. Pour lui, ce combat passe par « le renforcement du pouvoir et de l’indépendance de la Conac » pour lui permettre d’accomplir de manière optimale ses missions et « l’adoption par le Cameroun d’une loi anti-corruption ».

Celle-ci tiendra spécifiquement compte de « l’adoption d’un mécanisme de protection de whistle-blowers ou lanceurs d’alerte ; la déconcentration de l’institution pour la rapprocher des populations, ultimes bénéficiaires de la lutte contre la corruption ; l’application de l’article 66 de la Constitution de 1996 à travers une loi qui définit les infractions et les sanctions en cas d’enrichissement illicite ; la dotation de la Conac d’un siège sécurisé ; l’octroi aux cadres de la Conac du statut d’officiers de police judiciaire spécialisés ». Des doléances favorablement reçues par les députés.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter