Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 03 23Article 582241

Actualités of Tuesday, 23 March 2021

Source: actucameroun.com

pensions retraite : des milliers de travailleurs en détresse à la CNPS

DG CNPS DG CNPS

La Cnps refuse de leur verser leurs droits au motifs que leurs Employeurs sont . défaillants. Les syndicats dénoncent une décision inique, et annoncent des manifestations devant toutes les agences de l’organisme de sécurité sociale.

« Nous nous préparons à manifester massivement devant toutes les agences Cnps du Cameroun », fulmine Isaac Bissala, le Président du Syndicat national des Employés, cadres et gradés des banques et établissements financiers du Cameroun (Snecgbef-Cam. C’est que depuis quelques mois, des milliers de Travailleurs en activités et à la retraite vivent une souffrance indescriptible, face au refus des responsables de la Caisse nationale de prévoyance sociale (Cnps) de continuer à payer leurs allocations familiales et leurs pensions retraite.


Pour ne pas s’acquitter de leur devoir, les-dits responsables prétextent que les Employeurs parmi lesquels de nombreux établissements et entreprises publics, n’ont pas reversé entièrement les cotisations sociales des infortunés. Selon des sources syndicales, il y en a dont les Employeurs n’ont pas effectivement reversé les cotisations sociales ; et des milliers d’autres dont les Employeurs à l’instar de la Cameroon radio television (Crtv) et le Fonds spécial d’équipements et d’intervention intercommunale (Feicom) ont apuré leur dette sociale via le trésor public, lequel tarde à l’acheminer à la Cnps.

Dans les deux cas, il se trouve que les Travailleurs ont déjà payé leur part, déduite de leurs salaires mensuels. Et ce n’est plus leur problème, si les Employeurs ne s’acquittent pas de leur devoir de la reverser à la Cnps. laisse entendre Isaac Bissala, déterminé à défendre ses Camarades jusqu’au bout.


Pour le Confédéral de l’Union générale des Travailleurs du Cameroun (Ugtc). la décision des responsables de la Cnps de sevrer les Travailleurs ainsi de leurs droits les plus vitaux, est d’autant plus inique et cynique que cet organisme de sécurité sociale jouit du privilège du trésor de 5e catégorie, pour accéder aux comptes de tous les Employeurs et saisir la part correspondant aux cotisations sociales. Si la Cnps n’exécute pas ce privilège, c’est tout simplement qu’il y a collusion entre son top management et certains Employeurs, au mépris des intérêts des Travailleurs.

A lire aussi
Camroun : « Il restera à mettre un contenu dans le statut spécial des régions anglophones »
Des femmes en congé de maternité, de nombreux Retraités et des Travailleurs victimes d’accidents de travail sont également en souffrance. D’autres sont même allés jusqu’à saisir les tribunaux, lesquels ont rendu des verdicts sans appels : la Cnps n’a pas le droit de suspendre le paiement des allocations familiales et des pensions des Travailleurs et Retraités, sous quelque prétexte que ce soit. Pourtant, les dirigeants de la Cnps s’entêtent. Le gouvernement ne réagissant pas vite à cette situation sociale très préoccupante, les syndicats montent au créneau par des manifestations de masses envisagées à très court terme.

Il faut dire que cette misère des Travailleurs vient s’ajouter à d’autres plaies que traîne avec elle la Cnps. en dépit de la bonne mine que s’efforcent ses dirigeants à faire voir à l’opinion publique. Par exemple, les textes de la conférence interafricaine de la prévoyance sociale (Cipres) recommandent la rotation entre Employeurs et Travailleurs à la tête des organismes de sécurité sociale. Tous les autres en Afrique le font, sauf le Cameroun où le Dg et le Pca de la Cnps sont des Fonctionnaires nommés par décrets présidentiels.

Autre chose, la Cipres recommande que soit versé à titre de pension, 40% du salaire de base en activité. La Cnps ne paie que 30%. Pis encore, cette Cnps paie à titre de pension retraite, à peine une quinzaine de mille à certains Retraités, ce au mépris d’une recommandation de la même Cipres qui voudrait qu’aucune pension ne soit en deçà du salaire minimum intergaranti (Smig) i.e. 36 270 FCFA (Smig). Autant de dossiers auxquels les syndicats tiennent à voir solutionner dans un futur proche.

Rejoignez notre newsletter!