Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 04 11Article 588142

General News of Sunday, 11 April 2021

Source: mediatude

Yolande Bodiong remonte les brettelles de Camus Mimb

Camus Mimb a récemment critiqué les télévisions camerounaises parce qu'aucunes d'elles n'a 'pensé à récupérer en plus structuré' le mariage de l'influenceuse web.

La réaction de Yolande Bodiong, productrice de contenus télévisés

Martin Camus Mimb Privé tu es patron de RSI, tu ne peux pas te permettre de faire un post comme celui-ci alors que tu connais les réalités.
1- Tu seras encore le premier à écrire qu'on valorise le piment alors qu'il y a de vrais modèles.

2- Il ne faut pas penser que nous n'avons pas de cerveaux dans l'audiovisuel au Cameroun pour capitaliser ce type de happening.

3- On ne produit pas que pour les beaux yeux des téléspectateurs, on le fait aussi pour vendre. Et c'est bien là où est le vrai problème. Qui est fou? .
Même si on sait que plusieurs objectifs sont recherchés( notoriété, audience…)

LE PLUS IMPORTANT est CE QUE TU EMPOCHES POUR SUPPORTER TES CHARGES DE PRODUCTION SINON EN TIRER UN BÉNÉFICE FINANCIER.

QUESTIONS:

1- QUELLE ENTREPRISE DANS CE PAYS EST PRETE À PAYER POUR CE TYPE DE PROGRAMME CE QU'IL FAUT? AUCUNE. QUE DES MIETTES QU'ON TE PROPOSE COMME UNE AIDE…

2- Il être l'ami de...Sans compter les pots de vin.
3- Toi même voilà RSI, tu as combien d'annonceurs?
4- Pour finir, la production coûte chère et on ne produit que ce qu'on peut vendre.
Ce mariage, sera sponsorisé à hauteur de centaines de millions par nos entreprises parce que ce sont "LES BLANCS", Yolande Bodiong camerounaise le fait, ils vont proposer des miettes.
A un moment il faut arrêter de tirer sur les producteurs ou médias.

LE PROBLEME EST SYSTEMIQUE , PLUS PROFOND ET PLUS GRAVE QUE CA POUR RESTER SUPERFICIEL.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter