Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 02 17Article 574093

General News of Wednesday, 17 February 2021

Source: Actu Cameroun

Yingui : les jeunes fuient le village à cause de la sorcellerie

Les jeunes ont quitté le village pour aller vivre dans les villes de Douala et de Yaoundé.
Quittant de Douala, la route qui s’étale entre Pk21 et Bonépouba est quelque peu praticable. Il faut encore rouler quelques minutes avant de prendre un embranchement à droite pour se rendre à Yingui, dans le département du Nkam, dans la région du Littoral.

« Ici, une piste étroite et impraticable serpente au milieu de la forêt. Il vaut mieux disposer d’un véhicule 4X4 pour affronter cette route en latérite. La poussière qui constitue un réel obstacle à la visibilité du conducteur s’ajoute au mauvais état de la route meublée de mini ravins, de nids d’éléphants et ponts en bois. Les secousses sont au rendez-vous. Il faut bien s’agripper et être patient », décrit le quotidien Le Jour dans un reportage publié ce mercredi 17 février 2021.

Les voitures basses ne peuvent courir le risque de s’aventurer sur ce chemin, où il est impossible d’effectuer un dépassement ou un croisement. Au bout de deux heures de voyage périlleux, Ndokmem-Sud dans le canton Yingui, s’offre aux visiteurs. Le long du parcours, juste quelques rares toits de maisons ont été aperçus, après plusieurs kilomètres. À Ndokmem-Sud, le visage n’est non plus reluisant.



En face de la chefferie traditionnelle, quelques tombes sont bien plus en nombre que des bâtisses dans le coin : « Il y a des maisons au centre-ville. Mais j’ai dû payer la course à moto à 1000 F CFA pour un aller-retour », déclare Janvier, un visiteur qui arrive à Yingui pour la première fois ce samedi 13 février 2021.

L’exode rural
Un prix de transport si élevé à cause du mauvais état de la route. Armand Mbiena, une élite de Yingui, indique qu’à côté de cet épineux problème de la route impraticable, l’arrondissement souffre du manque d’eau, d’électricité, du chômage.

Toute chose qui pousse les jeunes à l’exode rural vers les villes de Douala et de Yaoundé. Nombreux d’entre eux ont dû fuir le village aussi à cause des pratiques de sorcellerie, apprend-on: « Il faut tourner le dos à la sorcellerie et revenir aux sources, pas seulement quand il y a des deuils », exhorte Armand Mbiena.

Les élites du village ont du mal à convaincre les populations à opérer ce retour aux sources. Face à une vingtaine d’élites du village samedi, Charles Eyobo Mbonjo, le sous-préfet de Yingui s’est prêté à un petit sondage. Il n’était visiblement pas surpris des résultats. À peine une personne sur 20 a levé la main pour attester de ce qu’elle possède une maison à Yingui. Aucune élite n’a pu lever le bout du doigt pour indiquer qu’elle était propriétaire d’une plantation dans le village.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter