Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 05 26Article 598735

Actualités de

Source: Kalara N°384

Yaoundé : une enseignante détourne 10 ans de salaire de sa collègue

Une enseignante détourne 10 ans de salaire de sa collègue Une enseignante détourne 10 ans de salaire de sa collègue

Le mardi 11 mai 2021, le Tribunal de grande instance du Mfoundi a clos les débats dans l'affaire opposant Ngangnou épouse Kemoue Viviane enseignante dans une école privée de Yaoundé à sa collègue Mme Ongbakandjaken Aimée Marie en service dans le même établissement à l'époque des faits et son coaccusé M. Minko Obam Guy Roger agent de l'Etat employé à la délégation régionale du transport du Centre. Incarcérés à la prison centrale de Yaoundé Kondengui depuis 2019, les accusés initialement renvoyés devant la justice pour répondre des faits de détournement de deniers publics et de faux et usage de faux en coaction à la suite d'une plainte déposée par Mme Kemoue Viviane, ont été finalement jugés pour coaction de détournement des deniers publics et falsification d'une carte nationale d'identité.

Il est reproché aux deux détenus d'avoir frauduleusement obtenu le matricule au nom de la plaignante et procédé à l'ouverture d'un compte bancaire leur payant permis de percevoir indûment le salaire mensuel de 135000 francs et autres avantages évalués à 5 millions de francs CFA pour un montant global de 11 millions de francs au détriment de Mme Kemoue Viviane dans la période allant de 2008 à 20218. Au cours de vifs débats du 13 avril 2021, les avocats des accusés avaient demandé au collège des juges de requalifier les faits de détournement de fonds publics et faux et usage de faux en coaction en ceux de vol simple et usurpation d'une carte nationale d'identité. Le tribunal les les a pas suivis(...)


La plaignante explique, en outre qu'une enquête interne à Afriland permettra d'établir que les sommes détournées s'élevaient à 11 millions de francs et que le dossier qui était déposé portait tous les éléments de sa filiation à l'exception de la photo qui était d'une autre femme. Elle déclare qu'il s'agissait de la photo de Meme Ongbakandjaken Aimée Marie. Interpellée, cette dernière avait reconnu les faits qui lui étaient imputés avant de dénoncer Guy Roger Minko Obam comme étant son complice.

Pour sa défense, Mme Ongbakandjaken Aimée Mairie qui tentait de nier le forfait ce 13 avril a dit avoir agi à la demande d'une de ses connaissance qui occupe un poste de responsabilité au ministère de la fonction publique et de la réforme administrative dénommé Marguerite Kouna. Selon elle, cette dernière lui aurait proposé le projet d'accepter de percevoir le salaire d'une enseignante ayant déserté son poste de service. Elle relate que ladite connaissance lui aurait révélé qu'elle s'occupait des cas pareils et que si elle avait connaissance d'autres cas, qu'elle lui en apporte. Elle souligne que c'est Marguérite Kouna qui détenait le dossier de Mme Kemoua. Elle dit n'avoir fourni que sa photo pour l'opération avant de contacter M. Minko Obam Guy Roger. Ce dernier avait été chargé de dresser une carte nationale d'identité et créer par la suite un compte dans une banque. Poursuivant son témoignage, Mme Ongbakandjaken Aimée Marie a reconnu avoir consciemment perçu les salaires qui ne lui appartenaient pas et qui ont fait l'objet du partage ente M. Minko Mme Kouna et elle-même. Elle a indiqué que chacune des personnes impliquées dans l'affaire avait perçu 1 million de francs.

Minko Obam Guy Roger quant à lui, a déclaré avoir aidé Mme Ongbakandjaken Aimé Marie pour la confection d'une carte nationale d'identité ainsi que l'ouverture d'un compte bancaire. Mais il affirme n'avoir pas pris une part active à cette affaire où il a perçu des sommes aux comptes gouttes. La décision du tribunal est attendue le 8 juin 2021, date de la prochaine audience.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter