Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 01 31Article 488461

General News of Friday, 31 January 2020

Source: camer

Yaoundé: pas de badge, pas de circulation

C’est l’une des principales décisions prises au terme de la concertation entre Naseri Paul Bea et les conducteurs de ces engins mercredi dans la capitale.

Naseri Paul Bea, gouverneur de la région du Centre ne lâche pas prise. Les conducteurs de motos-taxis doivent respecter la réglementation en vigueur et leurs zones de circulation, sans en aucun cas envahir le centre-ville. C’est la raison pour laquelle, après avoir reçu plus de 2000 demandes de libération des engins à deux roues mis en fourrière au lendemain de son arrêté du 7 novembre dernier, document dans lequel il réitérait l’interdiction du centre-ville aux moto-taximen, le gouverneur est encore monté au créneau mercredi dernier.



Ceci avant que toute action ne soit engagée. « Nous nous sommes dit que si on les libère tout simplement, ce sera le retour à la case départ. Il fallait donc une fois de plus, les inviter à respecter les règles qui régissent cette activité», a expliqué Naseri Paul Bea. Et dans l’après-midi de mercredi à la Communauté urbaine de Yaoundé (Cuy) et ce, en présence d’un bon nombre de ces conducteurs, le gouverneur n’a pas manqué de recadrer l’exercice de cette activité. Le portail des camerounais de Belgique (@camer.be). C’est ainsi que tous les conducteurs de motos ont été conviés à posséder un badge d’identification, dont la couleur varie par arrondissement.

Ces documents leurs seront délivrés par la Communauté urbaine de Yaoundé. Cette mesure concerne aussi bien les « benskineurs » que les personnels. A côté du badge, ils sont aussi appelés à avoir en leur possession, toutes les pièces exigées et un casque. Ce nouveau recadrage de l’activité de motos-taxis à Yaoundé intervient après la réunion présidée en novembre dernier par le gouverneur et pendant laquelle, des participants avaient relevé l’invasion du centre-ville par ces engins à deux roues d’une part, la difficile identification des conducteurs et le non-respect de la réglementation d’autre part. Il est ainsi permis d’espérer que l’instauration des badges d’identification, qui sont différents d’un arrondissement à un autre, viendra en quelque sorte donner une nouvelle image à cette activité, dont la maîtrise ne semble pas aisée.

Et pour le gouverneur, les conducteurs qui seront une fois encore épinglés en dehors de leurs zones de circulation ou sans pièces exigées passée le délai d’une semaine qui leur a été accordé, vont être sanctionnés. « Cette fois, les pénalités seront plus lourdes », a martelé Naseri Paul Bea. A bon entendeur…

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter