Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 03 10Article 578590

General News of Wednesday, 10 March 2021

Source: Actu Cameroun

Yaoundé : les locataires des Cités SIC à couteaux tirés avec le gouvernement

Les locataires des cités Sic de la Cité verte, Nlongkak, Mendong, Biyem-Assi, Manguier et Olembe à Yaoundé n’ont toujours pas digéré la campagne de sensibilisation menée par des agents de la Société immobilière du Cameroun (Sic) les 2, 13 et 20 février derniers. Et Pour cause, le quotidien Cameroon Tribune de ce mardi rapporte que les modifications initiées par le bailleur (la SIC) dans le nouveau contrat de bail et le Code de résident ne sont pas du goût des locataires.

« Le nouveau contrat de bail prévoit notamment la révision du loyer, limite la durée du contrat de bail à un an, le nombre de résidents d’une famille à huit personnes et porte le payement des frais d’enregistrement et d’assainissement 71 000 F l’an. Des frais pourtant déjà inclus dans le loyer, à raison de 3000 F par mois, d’après les locataires. Ledit document prévoit l’expulsion du locataire à partir d’un mois d’arriérés de loyer », lit-on dans les colonnes du journal à capitaux publics.


Nouveau contrat de bail et code de résidence

Une modification encadrée en son article 4 par « un acte extra-judiciaire », dépourvu de tout recours en justice : « Les loyers sont fixés par un texte du président de la République. Nous souhaitons avoir l’acte par lequel cette mesure présidentielle a été abrogée sans que les salaires des fonctionnaires n’aient été réévalués », lance, furibond, un résident de Mendong.

En remettant ce nouveau contrat de bail et le code de résidence, les agents de la Sic ont rappelé aux résidents qu’ils avaient un mois pour les signer. Faute de quoi, ils seront « priés de libérer les lieux ».

Une expression qui met fin aux différentes assises dans une ambiance plutôt tendue. Les locataires de Nlongkak et agents de la Sic ont failli en venir aux mains : « Ils nous ont fait croire qu’il s’agissait d’une campagne d’échanges et de négociations. Or, c’est un contrat d’adhésion qu’ils nous imposent. Peu importe nos questions, ils avaient prévu de faire valider leur contrat », précise un chef de bloc du camp Sic Nlongkak.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter