Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 07 08Article 606868

Actualités of Thursday, 8 July 2021

Source: www.camerounweb.com

Yaoundé : le MRC réclame justice pour la jeune dame déshabillée et torturée

Le MRC réclame justice pour la jeune dame déshabillée et torturée Le MRC réclame justice pour la jeune dame déshabillée et torturée

• La jeune dame était accusée de vol

• Elle a été contrainte de se déshabiller

• Le MRC condamne cette pratique



Le Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC) est préoccupé par prolifération des images de nudité des Camerounais sur le net. Le parti de Maurice Kamto s’est prononcé sur le cas d’une jeune dame accusée de vol de mèche au quartier Nkomkana à Yaoundé. Tout en dénoncé l’acte l’incriminé (au cas où il serait avéré), le Secrétaire National Délégué chargé des Droits de l’Homme et de la Gouvernance au MRC Maître Sikati Desire accuse les autorités camerounaises de banaliser les humiliations et actes barbares infligés à la jeune dame.

« Le MRC condamne avec fermeté les actes déshumanisants, humiliants, sauvages et barbares auxquels est livrée cette jeune dame, et s’étonne de ce que ces pratiques qui se développent au quotidien sous le nez et la barbe des autorités administratives et judiciaires ont tendance à se banaliser, parce que impunies. Par leur silence, les autorités administratives, mais surtout judiciaires donnent l’impression de normaliser ces comportements inhumains », précise le communiqué du MRC.

Le MRC réclame des poursuites judiciaires contre toutes les personnes qui ont participé à la torture de la jeune dame accusée de vol. Le parti de Maurice Kamto rappelle que la diffusion des images de nudité est punie d’une peine d’emprisonnement d’un à deux ans et d’une amende de 1 à 5 millions.

« Le MRC rappelle que les personnes impliquées dans l’enregistrement et/ou la mise en ligne de cette vidéo, sont susceptibles d’être poursuivies et condamnées entre autres à des peines d'emprisonnement et dommages et intérêts, conformément à l’article 74 de la loi Nº 2010/012 du 21 Décembre 2010 relative à la Cyber Sécurité et à la Cybercriminalité au Cameroun, qui punit « …d’un emprisonnement de 1 à 2 ans et d’une amende de 1 000 000 à 5 000 000 de FCFA, quiconque, au moyen d’un procédé quelconque porte atteinte à l’intimité de la vie privée d’autrui en fixant, enregistrant ou transmettant, sans le consentement de leur auteur, les données électroniques ayant un caractère privé ou confidentiel » Les faits de l’espèce sont d’autant plus graves que la dignité de la femme mise à nue dans la vidéo est de loin irrémédiablement compromise au-delà de la valeur des objets prétendument volés », précise le communiqué.

Rejoignez notre newsletter!