Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 09 09Article 617842

Actualités Régionales of Thursday, 9 September 2021

Source: Kalara

Yaoundé: devenue millionnaire, elle humilie et snobe son époux commerçant

Fatigué d’être humilié et rejeté par son épouse, l’homme préfère le divorce Fatigué d’être humilié et rejeté par son épouse, l’homme préfère le divorce

Après avoir hérité de l’immense fortune de son défunt père, une femme est accusée d’être devenue méprisante et orgueilleuse. Fatigué d’être humilié et rejeté par son épouse, l’homme préfère le divorce.

Du haut de ses 65 ans, Matias ne sait plus à quel saint se vouer. C’est un homme visiblement abattu par les péripéties de la vie, qui s’est présenté devant le Tribunal de premier degré (TPD)de Yaoundé le 1er septembre 2021.Le commerçant en compagnie de ses témoins a raconté ses déboires conjugaux.

Il accuse Elodie, son épouse, d’avoir déserté le domicile conjugal il y a près d’un an, et d’avoir emmené leur fille. L’homme qui mène désormais une vie solitaire, dit avoir tout perdu et souhaite refaire sa vie malgré son âge avancé.

Il veut mettre un terme à ses 25 ans de mariage avec Elodie. Convoquée par le tribunal à prendre part à cette audience, la dame, qui est tenancière d’un grand snack à Yaoundé, ne comparaît pas. Les débats ont néanmoins été ouverts en son absence.

Matias a relaté au tribunal qu’il était un employé fidèle de Wilfried, son beau-père. Ce dernier était propriétaire d’une grande entreprise et avait fait de lui un homme financièrement stable. C’est alors qu’il était tombé sous le charme de la fille unique de son patron, et quelques années plus tard, les deux tourtereaux ont officialisé leur relation.

L’homme déclare que sa famille s’est toujours opposée à leur mariage, mais, par amour pour sa Elodie, il s’était entêté. Matias raconte que pendant les années qui ont précédé leur union, le couple se supportait.

Mais la conduite de son foyer était en réalité faite par Wilfrid, le père d’Elodie «Du vivant de mon beau père, Je n’avais pas parole dans mon foyer. J’étais son exclave et c’est lui qui décidait de tout dans ma maison. Il menaçait de me licencier chaque fois que j’avais les malentendus avec sa fille», a-t-il déclaré. Fatigué des intimidations de son patron, Matias a fini par démissionner de son travail et a ouvert un commerce avec le soutien de son épouse.

Enfant de pauvre

Son chemin de croix commence en 2008, lorsque Wilfried décède. Elodie, sa fille unique, avait hérité de tout son patrimoine. Nantie d’une grande fortune, la dame était devenue méconnaissable. Elle sortait de et ne rentrait qu’au petit matin, sans l’avis de son époux.

La propriétaire du Snack effectuait des voyages hors du pays et Matias n’était au courant de ses déplacements qu’à travers leurs enfants. «J’étais devenu un objet encombrant pour elle. J’étais tout le, temps couvert d’injures. Elle disait que je suis un enfant de pauvre. Malgré se’s poches pleines d’argent, ma femme ne participait plus aux charges du ménage et ne s’occupait plus des tâches ménagères».

Poursuivant son témoignage, Matias a relaté qu’un soir de 2017, son épouse comme il était de coutume, était rentrée de ses ballades à une heure tardive de la nuit. Pour s’affirmer, le chef de famille avait décidé de ne pas lui ouvrir la porte. Le lendemain, il dit avoir reçu une convocation du juge de conciliation.

Raillée par les femmes de leur village, Elodie avait alors renoncé à cette procédure judiciaire. Et cela avait fait croire à Matias que son épouse était revenue à des meilleurs sentiments. En vain. La goutte d’eau qui avait fait déborder le vase est le fait pour Elodie d’avoir organisé une réunion au domicile conjugal le 31 décembre 2020 sans le consentement de son époux.

De retour à la maison, Matias lui a fait des reproches, qui avaient provoqué une dispute. Trois jours plus tard, Elodie avait abandonné son fdoyer conjugal. Elle n’y est plus jamais revenue malgré ; les sommations de réintégrer le domicile, servies par son époux. Le commerçant a déclaré au tribunal que sa femme, qui a déserté la chambre conjugale depuis 2017, l’a aussi sevré des relations intimes.

«Après son départ, je suis resté avec notre dernière fille dei 19 ans. Cette dernière, qui a prétexté aller rendre visite à sa maman y est resté définitivement. Je ne veux plus continuer à garder un lien de mariage qui n’existe pas. Je veux absolument le divorce. Je suis obligé de recommencer ma vie à zéro. Je ne réclame rien à mon épouse», a-t-il conclu son propos.

Pour convaincre le tribunal de ses déclarations, Matias a fait comparaître deurt témoins, qui se sont présentés comme étapt ses voisins. Ils ont corroboré la version des faits de Matias et confirmé l’absence de Elodie dans le foyer depuis janvier 2021. L’affaire a été mise en délibéré pour le 6 octobre prochain.

Rejoignez notre newsletter!