Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 09 30Article 545290

General News of Wednesday, 30 September 2020

Source: Actu Cameroun

Yaoundé cède à la pression internationale . plusieurs manifestants libérés

Ils ont retrouvé la liberté tard dans la nuit du mardi 29 septembre 2020 après avoir passé plusieurs jours au commissariat central Nº1 de Yaoundé.
Plusieurs personnes, notamment des militants du MRC arrêtés, lors des manifestations du 22 septembre dernier respirent l’air de la liberté. Elles ont été libérées tard dans la nuit du mardi 29 septembre 2020 après avoir passé plusieurs jours au commissariat central Nº1 de Yaoundé. Une quinzaine de personnes s’y trouvent encore en détention, apprend-on.

Ces personnes ont été interpellées à la suite des opérations de maintien de l’ordre lancées pour barrer la route au projet « insurrectionnel » de Maurice Kamto. C’est du moins le ministre de la Communication, René Emmanuel Sadi dans un communiqué signé le 25 septembre 2020.

« D’autres le seront, le cas échéant »
« Certaine des personnes arrêtées dont l’implication dans le projet insurrectionnel du MRC a été jugée dérisoire ont été relâchées. D’autres le seront, le cas échéant, au fur et à mesure de l’évolution de l’enquête judiciaire en cours. »Indiquait-il.



Le porte-parole du gouvernement ajoutait : « Certains meneurs et organisateurs de cette aventure insurrectionnelle ont également été arrêtés et répondent de leurs actes devant la justice. D’autres sont activement recherchés par les services de sécurité aux mêmes fins. »

Outre les militants du MRC, le journaliste Eric Ewane, officiant à Afrik Inform, a été libéré hier soir. Il a été interpellé au cours de la matinée du 22 septembre et gardé à vue auprès des services de la division régionale de la Police judiciaire du Littoral. Alors qu’il couvrait pour le compte de son média les marches initiées par le Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC) et certaines organisations politiques alliés à cette cause.

Le cabinet Amsterdam and partners LLP
Il faut noter des centaines de personnes ont été arrêtées lors des marches anti-Biya de la semaine dernière. Depuis cette vague d’arrestation, des voix s’élèvent pour réclamer leur remise en liberté. C’est le cas du cabinet «Amsterdam and partners LLP» dont Robert Amsterdam, l’avocat de Maurice Kamto, est co-fondateur.

« Je vous invite instamment à changer de cap en libérant toutes les personnes qui ont été arbitrairement arrêtées et détenues, en octroyant des réparations suffisantes pour les blessures et préjudices infligés et en garantissant qu’il n’y aura plus d’entraves non justifiées pour l’exercice de la liberté d’expression et de réunion ainsi que pour le respect d’un droit à une dissidence politique pacifique au Cameroun », a réclamé l’avocat canadien.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter