Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 08 03Article 531802

Diasporian News of Monday, 3 August 2020

Source: L'oeil du Sahel

Yamba : le poste frontalier de la honte entre le Cameroun et la Centrafrique

Situé à la frontière Cameroun/RCA, c’est dans un ancien bar que travaillent des policiers camerounais.
Du centre-ville de Yamba au pont qui sépare le Cameroun de la République Centrafricaine, c’est à peine deux kilomètres. Lorsqu’un centrafricain traverse ce pont pour se rendre au Cameroun, il parcourt exactement un kilomètre pour tomber dans la première habitation camerounaise. Cette maison, que dire cette cabane en fait c’est le poste frontalier de la sûreté nationale camerounaise. La première image qui vous frappe c’est le symbole du Cameroun.

Le climat et le temps ont imposé une autre couleur à notre vert-rouge-jaune qui malgré tout, flotte quand même. La deuxième image à votre portée ‘c’est le poste frontalier en lui-même. C’est un lugubre bâtiment qui ne reflète vraiment pas le pays de Paul Biya. Dans ce poste frontalier, c’est un banc et une chaise en plastique qui vous accueille à l’extérieur. A l’intérieur, on .y trouve un piètre bureau avec une table rafistolée en bois non raboté et une chaise en plastique pour l’officier de police principal qui est d’ailleurs le boss. Le salon qui sert de poste de police n’a même pas le moindre banc. C’est une pièce qui vraisemblablement est un magasin qui fait office de cellule.

«Nous ne pouvons pas garder un vrai bandit ici, car c’est tout sauf une cellule. Même le voleur de chèvre ou de marmite, s’il dort ici c’est qu’il a pitié de nous seulement», avoue un élément en poste. Ici, pas de plafond et le sol non cimenté. D’ailleurs une partie de la toiture est soutenue par des pierres. Comme personnel, il y a huit courageux camerounais qui y travaillent avec honneur et fidélité. Il s’agit d’un officier, de trois inspecteurs de police et de quatre gardiens de la paix.



En effet, l’histoire nous renseigne que ce poste frontalier de la sûreté nationale de Yamba a été créé depuis 2004 et que cette cabane qui sert de bureau aujourd’hui était avant la création de ce poste frontalier, un bar où se trémoussaient camerounais et centrafricains. Le bar a fermé boutique et la police s’y est installée. Le quartier où se trouve ce poste frontalier s’appelle «quartier dépôt», preuve de la quantité de bière avalée ici par le passé.

«C’était notre plus grand bar ici. Le jour du marché c’est-à-dire vendredi, il était difficile de poser le pied car le bar était bondé de monde. On buvait et dansait jusqu’au petit matin avec nos frères centrafricains avant que l’insécurité ne s’installe dans leur pays. Quand la police a repris ce bâtiment, tout le village savait qu’on allait casser tout ça pour construire quelque chose de bien. Nous, sommes surpris que jusqu’ici rien n’est fait sur cet endroit», relate un habitant de Yamba.

BIP
Selon des sources au sein de la police camerounaise, le poste frontalier de la sûreté nationale de Yamba aurait déjà bénéficié ‘d’une enveloppe du Budget d’investissement Public (BIP), pour la construction d’un bâtiment R+1 sur ce même site comme ça été le cas à Kontcha. A la question de savoir pourquoi jusqu’ici le moindre terrassement n’a pas eu lieu, seule la mission de contrôle descendue sur les lieux depuis 2015 peut en dire quelque chose.

«Il y a une mission qui est partie de Yaoundé pour ici en 2015. On a fait signer une panoplie de documents ici au commissaire sans même qu’il ne lise. Après cette mission est repartie, et jusqu’ici rien», confie un élément en poste. Qu’est-ce qui se cachait alors dans ces documents signés à la volé ? S’agissait-il du lancement des travaux ou alors de la livraison du chantier ? De toutes les façons, le moindre que l’on puisse dire c’est que, tout ce qu’il y a eu de nouveau sur ce site n’est rien d’autre que la plaque qui indique que cette case est belle et bien le poste frontalier de la sûreté nationale.

Tout ce que le boss de ce poste a eu comme dotation, c’est une moto et ce en 2019. Même le simple seau utilisé pour le lavage des mains dans la lutte contre le coronavirus, leur a été octroyé gracieusement par le Bataillon d’intervention Rapide (BIR). En tout cas, le poste frontalier de la sûreté nationale de Yamba n’est pas très différent des autres postes frontaliers de la région de l’Adamaoua seul celui de Kontcha dans le département du Faro et Déo fait exception.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter