Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 11 03Article 553558

General News of Tuesday, 3 November 2020

Source: Cameroon Info

Voici pourquoi les journalistes se sentent en insécurité au Cameroun

A travers leurs productions, les journalistes disent recevoir des menaces de toute part. Certains ont été interdits de pratiquer leur métier.
Le 2 novembre 2020, l’on célébrait la journée internationale de lutte contre l'impunité des crimes commis contre les journalistes. Et au Cameroun, pratiquer ce métier n’est pas un exercice facile selon certains hommes de médias . C’est le cas de Rodrigue Dassi, Cameraman à la chaîne de télévision Equinoxe, victime, de tortures alors qu’il couvrait la marche du 22 septembre 2020 organisée par le MRC, Mouvement Pour la Renaissance du Cameroun.

«Je me sens vraiment en insécurité. Je ne me sens pas protégé du tout», affirme t-il sur les antennes de Canal 2 international.

La question de la protection du journaliste est une vue de l’esprit pour Chantal Roger Tuile, ex-directeur de publication de la Tribune de l’Est. Interdit d’exercer à vie son métier, il affirme être victime de persécution.

«On a jamais vu à travers le monde où quelqu’un a été interdit à vie d’exercer son métier, C’est-à-dire celui de journaliste, que j’ai appris au Cameroun et en hexagone. La tribune de l’Est a été interdit à vie», s’indigne t-il sur la chaîne verte.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter