Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 08 27Article 537757

General News of Thursday, 27 August 2020

Source: Actu Cameroun

Voici les autorités administratives qui ne veulent pas de la retraite

Le 07 octobre 2019, un décret du président de la République accordait à certains fonctionnaires du ministère de l’administration territoriale, une prorogation d’activité d’un an. Celle-ci arrive à expiration, le 31 août prochain.

À quelques jours de la fin de cette prorogation spéciale du chef de l’État accordant à 67 hauts cadres (46 administrateurs et 21 secrétaires d’administration), les langues se délient dans les médias sociaux. L’opinion publique attend vivement que ces derniers libèrent le planché afin que les plus jeunes cadrent puissent émerger aussi. Cette situation intervient dans un contexte marqué par le décès de Jean Claude Tsila.

Le préfet du département du Mfoundi, dans la région du Centre est mort des suites de maladie à l’hôpital central de Yaoundé, à l’âge de 64 ans. Il avait déjà passé pas moins de 10 ans à la tête de cette unité administrative. Un peu comme oublié par Paul Biya et pourtant, cette largesse à lui accordée a fini par avoir raison de l’homme. L’âge de départ à la retraite pour cette catégorie de fonctionnaire étant fixé à 55 ans.

Dispositions du statut général de la fonction publique

À la date du 31 août 2020, la quasi-totalité des postes de préfet sera vacante car nombre d’actuels titulaires du poste ont déjà épuisé une première prorogation. Les dispositions du Statut général de la Fonction publique camerounaise, qui prévoient la retraite à 50 ans pour les petites catégories (C et D) et 55 ans pour les catégories A et B, ont cessé d’être appliquées pour laisser place à un régime de dérogations, à tête chercheuse. On peut citer pêle-mêle des cas dans l’ensemble du pays.

L’on s’attend donc à ce que le chef de l’État tranche et accepte que ces fonctionnaires ayant atteints la limite d’âge de départ à la retraite puissent libérer les postes de responsabilité occupés. Dans la région de l’Est, deux départements sont concernés : la Boumba et Ngoko où trônent respectivement Valéri Norbert Kuela et Rachel Ngazang épse Akono. Les deux autorités administratives doivent en principe quitter leurs postes de responsabilité cette fin du mois. Partiront-ils?

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter