Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 05 04Article 510040

General News of Monday, 4 May 2020

Source: 237online.com

Voici la vérité sur l’affaire du commandant récemment mis aux arrêts

Le Capitaine de Frégate Cyrille Serge Atonfack Guemo, Chef de Division de la Communication au MINDEF s’est exprimé sur cette information erronée, dans l’éditorial du samedi 02 mai 2020.

Il y’a quelques jours, la toile a été enflammée par une rumeur selon laquelle un Officier des Forces de Défense, le Capitaine Jacques Tchenem Valkossa, en service au 4e Bataillon d’Intervention Rapide Amphibie, serait en état d’arrestation. En cause, ce dernier aurait dirigé une équipe de sept soldats, qui auraient décapité un civil et ôté la vie à une femme et ses trois enfants. Et que l’ordre viendrait du Ministre Délégué à la Présidence Chargé de la Défense, Joseph Beti Assomo.

Le Capitaine de Frégate Cyrille Serge Atonfack Guemo, Chef de Division de la Communication au MINDEF a tout démenti. « Il n’en est rien. Absolument rien. Le supposé Capitaine Valkossa Tchenem est inconnu des effectifs des Forces de Défense. De même, l’Unité à laquelle il est censé appartenir, le 4e Bataillon d’Intervention Rapide Amphibie, n’existe que dans les lubies ésotériques de ces créateurs de « fake news ».
Cette rumeur complètement erronée, qui dénote d’une énième tentative de déstabilisation portée par les ennemis de la République, aux desseins noirs, est par conséquent vouée, tout comme les précédentes, à un échec cuisant », a-t-il affirmé.

Il s’avère également que tout roule comme sur des roulettes chez les Hommes en tenues. « Outre leurs missions régaliennes, les Forces de Défense et de Sécurité sont fortement engagées dans la lutte contre le COVID-19, aux côtés du Ministère de la Santé Publique, ainsi que des autres entités étatiques concernées par cette pandémie mondiale, pour le bien de nos vaillantes populations », a poursuivi le Chef de Division de la Communication au MINDEF.

Et d’ajouter, « En s’essayant à cette tentative de manipulation abjecte et puérile de l’opinion publique, les instigateurs de cette communication haineuse participent certainement de la vaste campagne organisée par les détracteurs de la République, qui s’attaquent en même temps aussi bien au moral de la troupe qu’aux symboles de l’État, ainsi qu’aux citoyennes et citoyens qui les incarnent. Les femmes et hommes des Forces de Défense vaquent sereinement à leurs occupations quotidiennes, avec dévouement, honneur et Fidélité, et attendent les prochaines balivernes qui vont continuer de pleuvoir avec sérénité et sourire en coin ».

A cet effet, le Capitaine de Frégate Cyrille Serge Atonfack Guemo n’a pas oublié de donner son avis sur les médias qui ont diffusé cette information erronée sans pour autant là vérifier. « En considérant la réaction de la médiasphère dans son ensemble, l’on peut dire que l’empressement avec lequel les médias, dont certains tout à fait respectables, se sont emparés de cette folle rumeur, peut être mis sur le compte de la recherche du scoop, présumé favoriser la multiplication des ventes. Sauf que dans le cas d’espèce, la course effrénée au chiffre contribue à plonger, voire maintenir notre société déjà passablement éprouvée, dans une précarité émotionnelle propice à tous les débordements. Ce qui revient à faire le jeu des professionnels de la forfaiture qui avancent masqués », a-t-il déclaré.

Avant de conclure, « L’information, la bonne information censément éducatrice et édifiante ne se collecte pas sur le babillard à scandale des médias-sociaux. Surtout lorsqu’elle exhale les pestilentiels relents d’une acrimonie viscérale, entretenue à l’encontre d’une noble Institution comme nos vaillantes Forces de Défense. Et c’est peut-être le lieu ici de rappeler que la Division de la Communication du Ministère de la Défense, dont les contacts sont du reste connus de tous les médias opérant sur le territoire national et à l’étranger, restent et demeurent à leur entière disposition, autant pour la fourniture que pour le recoupement de toute information digne d’intérêt. Consulter cette structure évitera à plus d’un média d’avoir à essuyer la déconvenue d’une publication mensongère. A travers cette énième calomnie, l’ennemi rappelle qu’il n’hésitera devant aucune abjection lorsqu’il s’agira de troubler la quiétude de nos populations. Donc, à nous d’être vigilants ! ».

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter