Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 04 29Article 594115

Actualités of Thursday, 29 April 2021

Source: www.camerounweb.com

Voici la chronique d’Anatole Bihina

Vivons sans peur Vivons sans peur

Sous le titre « les gens sans peurs », l’ancien journaliste de l’Anecdote tourne en bourrique les mesures édictées pour lutter contre le Covid-19, tout en montrant comment les populations vivent sans précautions.

C’est quoi un minable virus, fut-il le plus meurtrier de l’heure dans le monde, pour un camerounais ? Rien du tout, mais alors rien et absolument rien. Et c’est quoi une mesure barrière pour le confiner dans sa terrible dangerosité ? Qui pourra me répondre ici puisque nous sommes très peu à le savoir. C’est face à cette ignorance que nous sommes tous plongés. Et que nous risquons le pire. Parce qu’il nous est difficile de nous laver les mains le plus de fois possible au cours d’une journée comme il nous est recommandé. Sans doute par ce que cela n’est pas dans notre éducation, de nous laver les mains tant en sortant des toilettes qu’en sortant d’un repas. Pour beaucoup d’entre nous, c’est juste un problème de « je m’en foutisme » comme on dit au quartier. Voilà pourquoi cette mesure barrière a du mal à entrer dans nos habitudes depuis que le ou la Covid-19 sévit au quatre coins de la terre. La distanciation sociale nous cause aussi un grand problème au Cameroun. Comment y arriver dans les bars, les marchés et même le taxi ? Un courageux camerounais me disait encore hier si cela doit aussi se pratiquer dans le foyer conjugal. Je suis persuadé qu’il voulait me dire dans le lit conjugal. J’ai compris que cela nous est impossible.

Du coup, le Covid-19 ne nous fait pas peur. Le cache-nez dans les rues, à toutes les allures d’un déguisement de clown. Ceux qui respectent cette mesure barrière ont des drôles de têtes, et ceux qu’ils croisent se retournent pour les regarder aller à cette muselière. Autant dire que deux camerounais sur 10 le porte en permanence. Le reste ne le porte que sous contrainte, quand il faut entrer dans un lieu où cette mesure barrière est expressément exigée et obligatoire. D’ailleurs, ils s’en débarrassent et le mettent dans la poche pour certains, ou le tiennent au bout des doigts pour d’autres. De quoi auront-ils peur ? Puisqu’ils disent que le Coronavirus est une invention des blancs. D’ailleurs, une grande partie des habitants de Yaoundé, pour ne citer que cette ville, disent que cette maladie qui tue plus d’occidentaux se soigne ici au Cameroun avec les sachets de whisky. Oui ! le Covid-19 ne nous peut pas, ici Au Cameroun.

Rejoignez notre newsletter!