Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 02 15Article 573463

Diasporian News of Monday, 15 February 2021

Source: camer

Voici l'histoire tragique de l’assassinat de la princesse Joselyne Poguela !

Décédée à l’hôpital général de Douala, celle-ci a été immédiatement conduite aux limbes conformément aux restrictions en la matière. Mais lors des cérémonies officielles des obsèques tenues le weekend dernier, une partie de ses proches, très active sur facebook, affirme qu’elle serait morte d’empoisonnement.

Le samedi 06 février dernier, de nombreux princes et princesses du village Fondjomewket dans le département du Haut-Nkam ont tenu à rendre un dernier hommage à leur sœur, Joséphine Poguela Djomigni, résidente aux Etats-Unis d’Amérique et décédée à l’hôpital général de Douala, capitale économique du Cameroun, en date du 28 janvier 2020.

A la suite de ce décès, les responsables de la formation sanitaire ont suspecté-sans examen approfondi qu’elle portait le Covid 19. Ils ont exigé par la suite que la défunte soit immédiatement inhumée dans le strict respect des mesures prescrites afin d’éviter que son corps ne soit une source de propagation du Covid 19. Il a été pris des dispositions afin que les opérations d’inhumation de cette princesse soit conforme aux mesures de prise en charge des corps à haut risque pour l’environnement.

La mise à disposition d’un cercueil zingué, le choix du site d’inhumation, le transfert de la dépouille et l’enterrement sécurisé

Quelle tristesse, le pays est risqué

Reste que des proches de la défunte lors des témoignages ont plusieurs fois affirmé que les circonstances de son décès restent floues. Ainsi, ils ont fait savoir à l’assistance que lors de son arrivée à l’hôpital général de Douala, la veille de son décès autour de 19 heures, « sa température était à 37°c ». Ce qui implique que le Covid 19 est pointé à tord comme la source de son décès. Dans la foulée, ils soutiennent, à l’instar de Kadidja Maffo, qu’une main-pour l’instant invisible ou inconnue-serait à l’origine du décès de Joséphine Poguela. « Oui, c’est vrai elle est partie pour le deuil de sa belle maman et devrait rentrer le 31janvier et voila ce qui lui arrive.

Surement, un empoisonnement. Quand on parle de maux de tête, de douleurs abdominales… », commente cette dernière via facebook. Rachel allias madame Mbarga abonde dans le même sens : « Quelle tristesse, le pays est risqué repose en paix que celui qui est à l'origine de ce drame ne reste pas mourir, Dieu seul se chargera de ta sentence », conclut-elle.

Des sources proches de la famille royale Fondjomekwet laissent entendre que Joséphine Poguela, avait passé le weekend au village où se tenait les obsèques de la génitrice (elle morte le 09 janvier 2020) de Yves Djoumbissié Kamga, actuel Roi des Fondjomekwet.

Une vidéo en circulation sur les réseaux sociaux et diffusée sur la page du lanceur d’alertes Patrice Nouma montre la défunte entrain de prendre son repas dans un lieu indiqué par ses proches comme le salon du palais royal de Fondjomekwet. Après les cérémonies funéraires, elle a rendu une visite de courtoisie au maitre du palais royal Fondjomekwet. « On lui a servi un petit déjeuner. Elle a mangé toute seule. Et après, elle est sortie se filmer avec le Roi Djoumbissié Kamga et quelques membres de la famille royale.

De retour sur Douala, elle a commencé à se plaindre des douleurs abdominales. Elle a été conduite à l’hôpital général de Douala. Arrivée dans cette formation sanitaire autour de 19heures, elle a rendu l’âme le lendemain en matinée », a témoigné un proche de la défunte lors de ses obsèques officielles le samedi 06 février dernier à Fondjomewket. Il est de ceux qui pensent que Joséphine Poquela aurait été victime d’un empoisonnement au village. Mais par qui et pourquoi ?

Pour l’instant, il est difficile de répondre à ces deux questions. Aucune plainte n’a été déposée auprès des autorités compétentes. Mais la rumeur continue de faire son bonhomme de chemin et la polémique ne cesse d’enfler au sein de la famille royale Fondjomekwet , et même, dans l’ensemble du département du Haut-Nkam. Surtout qu’au mois d’avril dernier, on avait enregistré un décès dans des circonstances similaires à l’hôpital Ad Lucem de Banka. Kamga Ghomssi, trentenaire et membre de la diaspora, comme la défunte Joséphine Poquela, était décédé quelques heures après son arrivée au village. Suspecté être atteint de Covid 19, il a été inhumé au cimetière de l’église catholique à Banka. Par la suite, les membres de sa famille avaient évoqué que son décès était causé par autre chose que le Covid 19.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter