Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 03 26Article 583642

Actualités of Friday, 26 March 2021

Source: mimimefoinfos.com

Voici comment le gouvernent va punir les élèves sextapeurs

Les élèves auteurs du sextape récent seront punis Les élèves auteurs du sextape récent seront punis

La ministre de l'Enseignement secondaire du MINESEC, Pauline Nalova Lyonga, a écarté une décision d'exclure des écoles les élèves se livrant à des pratiques sexuelles. Elle a reconsidéré sa décision après avoir visité le campus du lycée gouvernemental bilingue Ekounou à Yaoundé le vendredi 19 mars dernier.

L'établissement était au centre d'un scandale moral depuis plusieurs jours suite à l'arrestation supposée de certains de ses étudiants impliqués dans une relation sexuelle. 'faire la fête'.

Le secrétaire général du MINESEC, le Pr Pierre Fabien Nkot, s'adressant au radiodiffuseur d'Etat, CRTV a révélé que la ministre lors de sa visite à l'école avait ordonné que les différents acteurs de l'école soumettent sept étudiantes de l'école à un suivi rigoureux. et la réforme.

«La ministre a rencontré les dirigeants de l'establishment et elle a longuement discuté, pendant près de 2 heures, avec les jeunes filles impliquées dans cet acte. Au terme de ces consultations, elle a appelé les différents acteurs de la gestion de l'établissement à être plus vigilants », a déclaré le SG. «Elle a également conseillé de ne pas exclure les étudiants mais de les aider davantage», notamment par les conseillers d'orientation qui devraient «renforcer leur rôle d'aide aux étudiants en raison de situations familiales qui peuvent être difficiles pour les deux».

Il convient de rappeler que la police avait arrêté huit étudiantes de l'établissement Ekounou, âgées de 13 à 16 ans, le 12 mars 2021, ainsi que 7 étudiants masculins d'une école privée, Le Bon Berger.
Des sources de sécurité avaient déclaré qu'ils se livraient à une orgie après avoir consommé de la drogue et d'autres stupéfiants.

Les filles ont ensuite été relâchées après auditions, tandis qu'une enquête judiciaire aurait été ouverte contre les garçons pour «détournement de fonds et corruption de mineurs, possession et consommation illicite de drogues et absence de carte d'identité».

Leur arrestation, qui a fait le tour des réseaux sociaux , n’était pas le premier du genre. Plus tôt le 4 mars, une cinquantaine d'étudiants avaient été arrêtés à Kumba, dans la région du Sud-Ouest, après avoir été pris en flagrant délit de partouze et de consommation de drogue. Quelques jours auparavant, un autre groupe d'étudiants à Douala aurait été réprimandé après s'être livré à des actions similaires.

Le 1er mars, une sextape devenue virale impliquant des étudiants du GBHS Kribi, dans la région Sud, a provoqué l'indignation de la communauté éducative et de l'opinion publique. Quatorze étudiants notamment; dix filles et quatre garçons sur les 20 repérés dans cette vidéo pornographique ont été définitivement exclus de l'école, selon les responsables.

Rejoignez notre newsletter!