Vous-êtes ici: AccueilInfos2019 07 23Article 468280

Opinions of Tuesday, 23 July 2019

Journaliste: Daniel Essissima

Voici comment la diaspora peut faire tomber le régime Biya

La diaspora camerounaise permet au régime dictatorial et sanguinaire de Yaoundé d'avoir une paix sociale au pays. La diaspora injecte selon différents rapports tant de la banque mondiale que de la CNUCCED et d'autres organismes près de 700 milliards de Fcfa chaque année dans le circuit de la consommation économique depuis 2014.

En 3 ans c'est plus de 2100 milliards. Ce qui permet de créer des emplois et à l'État de prélever les impôts. Mais plus important cet argent de la diaspora représente en 2016 le tiers des devises du Cameroun au compte d'opérations du CFA au trésor français. Pour être plus concret, c'est en grande partie grâce à l'argent de la diaspora émis en devises ou monnaies étrangères qu'un camerounais vivant au pays peut changer ses CFA en euro, ou en dollars pour acheter des produits à l'extérieur. Exposons les choses simplement.

Quand un camerounais vivant en occident fait un transfert western union, money gram.... et même par virement bancaire en euro ou en dollar à un membre de sa famille, il approvisionne aussi le compte des devises ou monnaies étrangères du Cameroun à la BEAC. En fait c'est grâce à ces monnaies étrangères envoyées au pays par la diaspora que Monsieur Bomo vivant au Cameroun pourra acheter ses habits, sa voiture, le matériel pour sa maison à l'étranger. C'est grâce à ces devises de la diaspora qu'un importateur de riz pourra importer du riz du Vietnam.

Sans apport de monnaies étrangères par la diaspora le pouvoir d'importation ou d'achat des camerounais à l'étranger serait très limité. Si le Cameroun n'a pas assez de devises on ne pourra plus acheter à l'extérieur. On aura les CFA, mais qui n'achèteront rien à l'étranger. Ce qui est très asphyxiant pour un pays qui importe pratiquement 98% de ce qu'il consomme. Les chiffres de la balance de paiement qui est un tableau qui retrace les sorties d'argent et les rentrées d'argent du Cameroun montrent que la diaspora occupent la 3eme place dans les rentrées d'argent en devises après les emprunts, mines (pétrole, bois...) et les produits agricoles (cacao, café, coton...).

Elle est même devant le FMI qui n'a donné qu'environ 360 milliards FCFA en devises appelées DTS (droits de tirages spéciaux qui sont un ensemble de monnaies étrangères) au Cameroun dans ce nouveau programme d'ajustement structurel. Il faut bien savoir que le Cameroun est au FMI pour avoir un complément de devises à la suite de la sécheresse des devises de la BEAC en 2016 du fait de la baisse drastique des devises que procurait le pétrole vendu en dollar. Bref les plus grands entrepreneurs particuliers créateurs des richesses au Cameroun sont ces expéditeurs de western union, money gram qu'on appelle diaspora.

Non seulement comme indiqué plus haut, leur argent alimente les circuits de la consommation qui est un des leviers de développement parce qu'il augmente le pouvoir d'achat qui permet aux entreprises locales de fonctionner, mais aussi procure aux Camerounais des devises qui leur permettent d'acheter du matériel pour construire les infrastructures et se nourrir ( riz, maquereau...).

Quand un membre de la diaspora envoie de l'argent à sa famille celui-ci ci va acheter dans une boutique. Cet argent rentre dans le circuit de la consommation qui fait tourner l'économie en augmentant le carnet de commande de cette boutique, laquelle à son tour verra augmenter son activité, recrutera un nouveau vendeur donc création d'emplois, et aussi paiera des impôts supplémentaires qui permettront à l'État de réaliser des projets et payer les fonctionnaires. La diaspora paie donc aussi les fonctionnaires. Et permet une paix sociale et le régime de Yaoundé ne subit pas des revendications drastiques de la population.

Il apparaît dès lors injuste de reprocher à la diaspora de parler des affaires du pays ou même d'entendre dire que c'est en vivant au Cameroun et non à l'extérieur qu'on construit le pays. La diaspora est un des plus grands banquiers du Cameroun et de ceux qui vivent au pays.

C'est donc un rapport de complémentarité dans la construction du pays entre la diaspora et ceux qui vivent au pays C'est comme le banquier qui donne l'argent à un bénéficiaire pour monter un projet. Tous les deux contribuent à la croissance et au développement.

Ne pas reconnaître le rôle vital de cette diaspora camerounaise dans le développement du Cameroun est simplement de l'ingratitude.

Sans l'apport financier de la diaspora, le Cameroun serait dans des revendications sociales intenses compte tenu du manque d'emploi et de la situation économique déplorable : 80 à 90% du sous-emploi, 70 à 80% du travail précaire, informel, 60 à 70% du chômage des jeunes, plus de 60% de camerounais vivent avec moins 1000 francs CFA par jour...