Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 06 23Article 522373

General News of Tuesday, 23 June 2020

Source: cameroon-info.net

Vision 4 : plaindre Obama ? oui ! Mais jusqu’où ?


Pandémie Coronavirus au Cameroun : Lisez toute l’actualité ici →

Ceci étant, il faut tout de même noter que le malheur de celui qui croyait que l’avènement du monde ne datait que de la création de la télévision de Amougou Belinga, n’a pas que du mauvais. N’en déplaise à ceux qui voient dans la dénonciation de la méthode barbare de son arrestation une sorte

d’instrumentalisation politique, le sieur Obama a la chance de payer ici et maintenant, sans peut-être le voir ou le savoir, ses outrances et autres atrocités commises pendant son magistère, d’une manière qui lui attire la compassion des bonnes âmes qui à force de s’apitoyer sur lui, vont finir par donner le sentiment que le bonhomme au verbe exécrable est une victime, alors que dans un autre contexte et à une autre époque, pour dire les choses sans ambages, il serait un bon client de la CPI, pour ne pas dire Nuremberg.

Le journaliste Jean-Bruno Tagne, un de ceux que monsieur Obama, du temps de sa toute-puissance, aurait voulu voir pendre haut et court, estime que :

«Cette façon d’utiliser les institutions pour humilier les gens semble être un classique de la maison et rapproche ce pays chaque jour un peu plus d’une véritable République bananière. Ce fut déjà le cas avec les David Eboutou, Xavier Messe, Vincent Sosthène Fouda, George Gilbert Baonla… »

Maurice Kamto au meurtre duquel le même Obama appelait de tous ses vœux, affirme quant à lui, à la lumière des déboires de l’ancien journaliste de Vision 4 :

« Le mépris de la dignité est l’un des visages de l’Etat de non-droit au Cameroun. M. Obama, comme tout citoyen Camerounais, a droit à la présomption d’innocence, au respect de son image et de sa dignité. Que la justice camerounaise serve le droit et non les puissances de l’ombre»

On ne peut pas en dire autant de son tortionnaire d’aujourd’hui, qui n’est pas prêt de quitter le séjour des grands de ce pays, et qui va continuer, à chaque fois que cela l’arrange, d’utiliser des méthodes de sauvages, avec la complicité de la justice, pour envoyer en prison des personnes qui lui ont rendu d’énormes services par le passé, et dont il craint qu’elles lui fassent de l’ombre.

Hier, ce sont les David Eboutou et Patrick Sapack qu’il envoyait dans les fers sous les applaudissements de… Ernest Obama. Aujourd’hui, c’est autour de ce dernier de subir les humeurs d’un ancien mentor dont les méthodes villageoises d’Ubu-roi avant la lettre défraient la chronique.

Récemment, le directeur de Publication du journal Horizons Nouveaux Mag-Int’l s’est fait menacer d’emprisonnement par l’ancien laveur de voitures à qui un certain Gilbert Baongla -qu’il a déjà aussi envoyé en prison- a mis le pied à l’étrier. Il avait osé relayer une information selon laquelle le patron du groupe des médias faisait l’objet d’une « Disgrâce au sein du Sérail », et serait « dans les mauvaises grâces du chef de l’Etat », qui l’aurait fait expulser du palais lors de la cérémonie de présentation des vœux le 9 janvier 2020.

« Qui tue par l’épée périra par l’épée », disait le Christ. Puissent ceux que la fortune et la fréquentation des grands de ce monde obnubilent ne pas l’oublier.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Join our Newsletter