Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 09 11Article 540952

General News of Friday, 11 September 2020

Source: koaci.com

Violences sexuelles : la mauvaise réputation du Cameroun

Des camerounaises révèlent les violences sexuelles dont elles sont victimes au quotidien. Dans la majorité des cas, ces violences sexuelles se déroulent sur les motos taxis. Ces engins à deux roues sont toujours surchargés de deux passagers en plus du conducteur.

Comme dans presque toutes les histoires de violences sexuelles, ici aussi, les hommes sont majoritairement accusés par les femmes.

Ces violences dans les transports en commun se font par des caresses, des attouchements ou des propositions indécentes. Ces « pervers » ne manquent pas d’ingéniosité et d’audace.

« Vieux ou jeunes, je me méfie désormais de tout le monde sur les motos », lance une internaute, qui dit avoir échappé à un viol sur une moto à Douala.


Selon son récit, le passager derrière elle a tenté une pénétration alors que l’engin à deux roues roulait.

« Les autorités doivent créer une unité spéciale pour traquer les délinquants sexuels. Cette unité doit avoir un numéro vert pour dénoncer tous ces actes. Si on sanctionne, ils vont se tenir à carreaux », suggère un autre internaute.

Si Certaines femmes ont choisi de le dénoncer pour que cesse ce phénomène, d’autres les subissent en silence.

Une internaute a raconté comment un homme a envoyé ses mains dans ses parties intimes alors qu’ils étaient sur une moto.


Fléau


L’universitaire camerounais Claude Abe indique que, les violences sexuelles sont une réalité au Cameroun.

« Elles sont en hausse sur les jeunes filles », insiste-t-il.

Le viol, fait-il savoir est en nette augmentation en milieu intrafamilial.

Dans le milieu éducatif et professionnel, le harcèlement sexuel est également en nette augmentation, soutient le sociologue camerounais.


« Les enfants courent le risque d’être plus abusés par des personnes qui leur sont proches que par des inconnus », soutient l’universitaire.


De nombreux cas d’inceste sont souvent dénoncés dans les colonnes des journaux.

En 2009, selon une enquête réalisée par Renata/Gtz/Minsante sur les filles et femmes victimes de violences sexuelles, le taux de prévalence du viol pour l’ensemble du pays était de 5,2%.

22% des jeunes femmes âgées entre 15-19 ans ont été forcées à des rapports sexuels.

Environ 60% des filles de 15-19 ans ont vécu des expériences de violence sexuelle commises par un homme, a révélé un rapport de l’Unicef-Cameroun.


Les cas de viols sont observés dans toutes les régions du pays et varient de 3,7 % à 7,5 %.

Nord, Nord-Ouest et Extrême Nord sont les régions plus touchées. La situation est davantage déplorable et alarmante en zones rurales où selon les statistiques, 57% des femmes sont violées.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter