Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 02 17Article 573955

General News of Wednesday, 17 February 2021

Source: Cameroon Info

Violences policières: un agent de sécurité rend l’âme à l’hôpital de Douala

D’après les conclusions des médecins, ce dernier serait mort des suites de sévices corporels subis lors de sa détention.
Daniel César, agent de sécurité travaillant pour le compte d’une microfinance située au marché de Pk 14 dans l’arrondissement de Douala 3e, est passé de vie à trépas le mardi 16 février 2021, après un séjour mouvementé à la brigade de gendarmerie de Logbessou. D’après le médecin traitant qui l’a pris en charge après son admission en urgence à l’hôpital Laquintinie de Douala, ce dernier aurait succombé à des sévices corporels répétés que lui auraient infligés les gendarmes pendant sa détention provisoire. Daniel n’était pourtant pas un milicien séparatiste convaincu encore moins un bandit de grand chemin. Il a juste eu le malheur de faire une blague à une personne qui ne l’a pas du tout appréciée.

Nos confrères d’Equinoxe Télévision, le décrivent comme un individu enjoué, qui aimait rigoler avec autrui. Il lui arrivait d’ailleurs de faire des blagues aux commerçantes sans que ces dernières ne s’en offusquent, car témoins réguliers de sa constante bonne humeur. Toutefois, le 11 février dernier, il est tombé sur un os. Ce jour-là, il a essayé de faire une blague à une dame, habituée des salons de coiffure de fortune installés dans le marché. Une effronterie que cette dernière ne lui a pas pardonnée. «Il a juste touché la dame à l’épaule. Elle a dit non! Ne me touche pas. Il blaguait le jour-là, il lui a répondu si je te touche que vas-tu me faire? La dame a continué à dire ne me touche pas. Exaspérée, elle va se lever pour essayer de le frapper avec la bouteille d’eau qu’elle tenait dans sa main. Le vigile va réussir à arracher la bouteille et la jeter au loin. La dame va ensuite ramasser un tabouret qu’elle va frapper de toutes ses forces sur le gardien», relate un témoin oculaire interrogé par Equinoxe.

Particulière courroucée, elle va ensuite se rendre à la brigade de gendarmerie de Logbessou située à quelques mètres du lieu de l’altercation, pour se plaindre. Elle va revenir quelques minutes plus tard avec 3 gendarmes qui, après s’être brièvement présentés, vont embarquer l’intéressé. Commence alors le calvaire. Après deux jours de détention, Daniel César n’était plus le même homme. Sa sœur qui lui apporte à manger régulièrement décrit un homme affaibli, avec de curieux hématomes sur le corps. Cette dernière révèle d’ailleurs que la dernière fois qu’elle lui a rendu visite (13 février 2021), elle l’a trouvé allongé au sol, en train d’agoniser lentement.

«Dans la colère je suis entrée dans la gendarmerie. Ce sont les prisonniers qui étaient qui me désignent la cellule de mon frère. J’ouvre la porte, je constate que le lit est vide. Quand je regarde derrière la porte, je vois mon frère couché en train de convulser, rejeter la salive, avec des yeux qui virent au blanc. Il avait même déjà quasiment avalé sa langue. J’ai appelé les gendarmes pour leur dire que mon frère est en train de partir. Personne n’est venue. Quelques minutes plus tard, l’un d’entre eux est venu s’enquérir de la situation. Il a ensuite demander qu’on fasse sortir mon frère pour qu’il puisse prendre de l’air. C’est Quand il constate que mon frère est en train de vomir le sang qu’ils ont envoyé un de leurs collègues chercher un taxi pour l’amener à Laquintinie».

L’infortuné va être admis à l’hôpital de district de la Cité des Palmiers, puis à Laquintinie où il semblait retrouver des couleurs. Malheureusement, Daniel Cesar a finalement rendu l’âme le mardi 16 février 2021.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter