Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 11 05Article 554038

General News of Thursday, 5 November 2020

Source: Actu Cameroun

Violences extrêmes : les évêques très inquiets de la santé mentale des camerounais

Ils sont réunis dans le cadre de la 45ème assemblée plénière de l’institution ecclésiale.

Les évêques n’ont pas échappé au constat relatif à la pression psychologique subie par les personnes affectées par la covid-19 et le tribalisme. En effet, Mgr Abraham Boualo Kome, président de la conférence épiscopale nationale du Cameroun (Cenc) l’a évoqué dans son propos d’ouverture de la 45ème assemblée plénière.

« Elle a changé nos habitudes, induit nos Comportements, créé de l’anxiété si nuisible à notre santé mentale, et donc physique ; affaibli les économies et provoqué le trépas de plusieurs milliers d’hommes et de femmes », a dit l’homme de Dieu.

Plus loin, le prélat est revenu sur la pléthore des effets néfastes qui perturbent les relations entre les hommes et les femmes dépistés positifs au coronavirus.

Au rang des leçons, Mgr Abraham Boualo Kome revient sur l’urgence qu’il y a à sauvegarder l’humanité. D’ailleurs, a-t-il rappelé, le départ d’un proche peut avoir un impact sur la planète entière. C’est donc à ce titre que l’évêque appelle à une mobilisation commune, ce qu’il a qualifié de « totalité ». Il a également convoqué la responsabilité individuelle et la fraternité universelle des êtres humains face à cette pandémie qui a vu le jour le 31 décembre 2019. Au rang des initiatives saluées, figurent les produits mis en place par Mgr Kleda Samuel.

Violence et tribalisme
Mgr Abraham Kome dénonce également le carnage de Kumba. « Les vies de nos enfants ont été volées », a-t-il dit sur des « personnes innocentes et sans défense ». Pour lui, cet acte trahit le fait qu’on a atteint « un des degrés élevés de la perversion humaine ». Tout en le condamnant, les évêques ont exprimé leur compassion à l’endroit des familles éprouvées.

L’autre chantier qui affecte la pensée humaine dénoncée par Mgr Abraham Kome, c’est le tribalisme qui monte en puissance. Ce phénomène a affecté la religion, la politique, la société. « Il est tant d’arrêter les compétitions qui nous isolent les uns des autres pour entrer dans une coopération où chacun apporte en toute responsabilité ce qui est nécessaire à l’ensemble ». Une « réponse pragmatique » est donc attendue de tous les Camerounais, selon le prélat.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter