Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 04 29Article 594157

General News of Thursday, 29 April 2021

Source: Kalara n°381

Vie de couple: Il divorce de son épouse pour non-assistance en cas de maladie

Un homme est décidé à éponger ses 9 années de mariage. Il accuse son épouse de ne l’avoir pas assisté suite à un accident de la circulation dont il a été victime. De son côté, la dame soutient que son mari veut la quitter parce qu’elle ne lui a pas donné d’enfant.

Le 19 avril 2021, le Tribunal de premier degré (TPD) de Yaoundé a ouvert les débats dans l’affaire qui oppose Paul à Claire, un couple de coutume diffèrent. Ils sont unis depuis 2012 par les liens sacrés du mariage et envisagent y mettre un terme à la demande du chef de famille.

Ce dernier accuse son épouse de plusieurs chefs d’accusations, notamment la non consommation du mariage depuis 2019, l’abandon du foyer conjugal, l’incompatibilité d’humeur et la dernière goutte d’eau qui a débordé le vase est le fait que Claire ne l’a pas assisté lorsqu’il traversait les moments difficiles suite à un accident de la circulation dont il a été victime. Les conjoints se sont affrontés devant le juge à travers le poids de leurs arguments.



Paul a expliqué au tribunal qu’il a fait la connaissance de Claire en 2010 et deux ans plus tard, ils ont officialisé leur relation. À cette époque-là, ils étaient déjà tous les deux parents. Le bonheur de nos deux tourtereaux a été de courte durée. Car à peine marié, le couple s’est lancé à la quête des enfants. Plus le temps passait, plus ils ne se supportaient plus. D’où l’incompatibilité d’humeur dont se plaint Paul



Trois ans de chasteté
En 2018, le chef de famille dit avoir été victime d’un accident de la circulation dont il porte encore les séquelles. Pendant plusieurs mois, il lui était impossible d’exercer son activité de chauffeur de taxi. Il déclare que son épouse est restée insensible à son malheur. Cette solitude l’a poussé à quitter la ville de Yaoundé pour s’installer chez son frère ainé afin de bénéficier d’un traitement traditionnel. « Elle ne m’a jamais rendu visite ni appelé pour s’acquérir de mon état de santé» a-t-il déclaré.

Mais, Paul a été surpris à son retour en mai 2020, de constater que Claire avait déserté le domicile conjugal en son absence pour aller rejoindre sa famille. L’homme relate en outre que chacun d’entre emi avait l’habitude de voyager mais revenait toujours à la maison. 11 croyait que ce serait toujours le cas après cette séparation. 11 dit avoir attendu impatiemment le retour de son épouse depuis 2019. En vain. Cette dernière refuse de regagner son domicile conjugal malgré les multiples tentatives de réconciliations de sa part et les sommations qui lut ont été adressées. Fatigué de s’abstenir après trois années de chasteté, Paul préfère divorcer


Pression familiale
Pour sa défense, Claire a reconnu l’infraction de la non-consommation du mariage que lui reproche son époux mais nie en bloc les autres chefs d’accusations. Elle a déclaré que leur véritable problème se trouve ailleurs. Selon elle, son compagnon ne supporte plus sa «stérilité». Elle dit n’avoir pas pu donner d’enfant à son époux depuis leur mariage en 2012. La dame soutient qu’elle vit sous la pression de Paul et des exigences des membres de sa belle-famille qui la qualifient de femme stérile et l’accuse d’être à l’origine de leur échec conjugal.

Elle admet néanmoins n’avoir pas fait des examens médicaux plus approfondit pour s’assurer de la compatibilité ou non entre elle et l’homme qui la renie aujourd’hui. «La cohabitation était devenue impossible. Les membres de ma belle-famille me traite de tous les noms d’oiseaux. Ils disent que je su1s une sorcière et une mauvaise femme. Mon mari se joint à eux pour m’insulter et m’humilier. Pourtant, j’ai eu deux enfants garçons avant de l’épouser. Peut-être le problème vient de lui.»

Pour ce qui est de l’infraction d’abandon du foyer que lui reproche son époux, Claire à affirmé que c’est plutôt Paul qui a quitté le domicile. Elle raconte qu’elle avait effectué un voyage dans son village pour se faire soigner à base de médicament traditionnelle afin d’avoir un enfant avec son homme, mais, à son retour, elle dit avoir trouvé la maison vide. Son époux avait déjà emporté tous ses effets, sauf, les siennes. Quelques jours après, elle dit avoir reçu un-avertissement de leur bailleresse qui menaçait de les mettre à la porte. C’est ce qui l’a poussé à partir de la maison.

«Si votre femme venait à accoucher, est ce que vous allez désister de votre action?» a interrogé le tribunal. Paul a répondu qu’il ne croit pas que sa femme pourrait encore donner naissance à l’enfant. Très conciliant, le juge a conseillé au couple de faire des examples médicaux pour déterminer la compatibilité des époux, question de donner la chance à leur mariage. Paul s’est incliné à la suggestion du tribunal après plusieurs minutes de réflexion. En attendant les résultats médicaux, le tribunal compte rendre sa décision le 17.mai 2021. Paul et, Claire qui n’arrivaient plus à cacher leur différend ont dû prendre les chemins différents à la sortie de la salle d’audience

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter