Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 07 10Article 526378

General News of Friday, 10 July 2020

Source: www.camerounweb.com

Vengeance : Amougou Belinga attaque le gouvernement et réclame un remaniement


Pandémie Coronavirus au Cameroun : Lisez toute l’actualité ici →

En guerre contre une partie de l’élite Beti qu’il accuse de saboter ses projets, le président du groupe ANECDOTE passe à l’action. Comme promis, il use de ses médias pour régler des comptes à ses détracteurs. Ce vendredi 10 juillet 2020, c’est tout le gouvernement de Biya qui subit les foudres du journal l’Anecdote. Le tri-hebdomadaire met la pression à Paul Biya pour renouveler l’exécutif. Il accuse plusieurs ministres d’infélicité.


« Au-delà, sur le plan du fonctionnement de l’Etat, une sorte de léthargie semble s’être emparée de l’action publique ; le Covid-19 est certes passée par là ces derniers mois, mais l’on ne ressent pas la même ferveur habituelle qui caractérise l’animation du travail gouvernemental. Nombre de membres du gouvernement sont happés par l’usure et sommeillent ; on a également des personnes qui avaient reçu des feuilles de route précises pour des secteurs précis et donc les missions et les résultats doivent être évalués et sanctionnés positivement ou négativement. Ce qui servira d’onction présidentielle à leurs actes et leur engagement sur le front républicain », peut-on lire dans le journal appartenant à Amougou Belinga.


L’Anecdote va plus loin en qualifiant certains départements ministériels de mouroir des dossiers. « Nombre de programmes demandent également à être soit réorientés, soit redéfinis ou réformés pour plus de cohérence dans l’action publique. A titre d’illustration, à l’heure où le chef de l’Etat parle de reconstruction des régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, l’on devrait solder les comptes du plan d’urgence humanitaire dédié à ces deux régions. Ceci aura pour impact une meilleure coordination du déploiement des opérations et une ventilation rationnelle des fonds pour un développement synchronisé et harmonieux de ces deux régions.

A un niveau élevé de l’Etat, certains segments de l’administration, mis en veilleuse par la paresse, sont devenus des mouroirs de dossiers et l’épicentre de nombreux trafics. Ainsi, redéployer l’équipe Dion en y injectant du sang neuf, aura pour effet d’installer une nouvelle dynamique dans le travail gouvernemental. »

Une taupe à Vision 4 trahit Amougou Belinga
En froid avec certaines élites du Centre, le président directeur général du groupe l’ANECDOTE avait clairement menacé ses détracteurs sur sa télévision Vision 4. Quelques jours après, l’émission Club d’Elite animée par Jean Jacques Ze fait le grand déballage en s’attaquant au chef de la police camerounaise Martin Mbarga Nguelé. Ce dernier avait été cité dans une ténébreuse affaire de 15 milliards de F CFA qui aurait mal tourné en Guinée équatoriale. Le téléspectateur qui a appelé dans l’émission en direct pour faire la révélation serait un complice de la chaîne..


Malgré ce discrédit jeté sur le chef de la police, Amougou Belinga n’était pas satisfait. Il demandait au présentateur de faire dézinguer Martin Mbarga Nguelé par les panelistes. Comme le montrent les captures des conversations de l’équipe de Vision 4 publiées par l’activiste Kand Owalski, Amougou Bélinga ordonnait : « DATV poses la question aux panelistes qu'est ce qu'ils pensent du DGSN sur tout ».


Toujours selon les captures d’écran, Amougou Bélinga va plus loin en demandant au DTV cette fois-ci de faire d’autres révélations croustillantes sur le chef de la police camerounaise.


« Dtv bien voulir citer Mbarga nguele qui ferme tous les commissaires de police et il est le principal pourfendeur des Beti », ordonne-t-il
C’est cet ordre que Jean Jacques n’aurait pas exécuté et qui lui a valu son poste de Directeur adjoint de la chaine Vision 4.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter