Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 04 13Article 588850

General News of Tuesday, 13 April 2021

Source: La Nouvelle Expression n°5441

Vaccin anticovid-19 : le Cameroun a posé la charrue avant les bœufs

Le Premier ministre a accueilli les premières doses du vaccin, alors que des points sont restés en suspens, sur le choix du type à adopter, la souche contre laquelle on s’engage prioritairement,…
Le ministre de la Santé publique (Minsanté) a été vacciné ce 12 avril 2021 contre le Covid-19, à l’hôpital gynéco-obstétrique et pédiatrique de Yaoundé-Ngousso. C’est le premier membre du gouvernement à se faire inoculer ce vaccin. Au lendemain de la réception par le Premier ministre, des premières doses de vaccin. Un don de la Chine. Et naturellement, il s’agit du vaccin Sinopharm. En tout, 200 mille doses du produit.

Et après Malachie Manaouda qui a ouvert le bal, là où le Premier ministre, chef du gouvernement se contente d’indiquer simplement de se dire «prêt à prendre ce vaccin n’importe quand», quelques personnalités telles Bayera Fadil, se sont prêtés à l’exercice. Le train est lancé et ne devrait plus s’arrêter «Lorsqu’on a pris la première dose, on reçoit un carnet jaune et rendez-vous est donné dans trois semaines pour la seconde dose», a déclaré Sylvain Yangman, le reporter du poste national de la Crtv qui lui-même s’est proposé comme cobaye à cette première opération.



Yaoundé a donc engagé la campagne de vaccination contre le nouveau coronavirus. Sans une communication officielle pour informer l’opinion sur les zones d’ombre qui entourent encore ce dossier. Comme le choix du pays sur le vaccin à adopter, la vulnérabilité de chacune des deux «ouches du virus en circulation au pays, la disponibilité du vaccin une fois que la campagne de vaccination a commencé,… Joseph Dion Ngute, en recevant les vaccins à l’aéroport international de Yaoundé Nsimalen dimanche dernier, s’est contenté du discours politique et



diplomatique : «Nous savons que la Chine elle-même en a besoin. Le fait de nous avoir envoyé une telle quantité alors que la Chine elle-même est dans la nécessité est une bonne chose. C’est une démonstration d’amitié envers le peuple camerounais», a-t-il salué. Et Wang Jingwu, l’ambassadeur de Chine au Cameroun, d’embrayer: «Depuis plus de 50 ans, nous avons toujours eu une coopération fraternelle et fructueuse.

Quand une partie est en difficulté, l’autre vient toujours apporter son accompagnement. C’est dans ce contexte que le gouvernement chinois accorde un don de vaccins contre le Covid au Cameroun, pour lutter efficacement contre la pandémie». Non sans vanter le vaccin de son pays «Les vaccins Sinopharm sont sûrs et efficaces. Plusieurs dizaines de millions de Chinois ont été vaccinés de ce produit. Lequel a aussi été importé par une soixantaine de-pays^étrangers », se mue-t-il en agent publicitaire.

Astra zénéca toujours partant (?)

Les questions en suspens demeurent sans réponse. Autant le Minsanté que le Programme élargi de vaccination (Pev), sont restés muets sur ces questions, bien qu’ayant été saisis par la rédaction. Le choix a visiblement été porté sur le vaccin chinois pour le moment. Peut-être parce que le pays de Paul Biya ne podvait refuser un «don» d’un pays ami.

Dans un contexte de marasme économique à peine voilée? Quoi qu’il en soit, Sinopharm a déjà d’office remporté une première bataille dans la guerre économique du vaccin contre le Covid-19. Mais une source crédible annonce que le Cameroun n’a pas définitivement tourné la page d’Astra zeneca, que le mécanisme Covax s’apprêtait à faire livrer au Cameroun.

Et pourtant, il y a moins d’un moitié gouvernement tergiversait encore sur l’option à prendre. Le vaccin anglo-suédois qui était le premier choix, ayant été mis sur la touche du fait des effets secondaires relevés dès sa mise sur le marché. «Astra zeneca proposé en première intention ne correspond plus aux critères ci-dessus, au vu des effets secondaires signalés dans plusieurs pays européens et l’Afrique du sud», confirmait alors un membre dudit comité. Toujours est-il que « la position du Conseil scientifique est claire : oui pour la vaccination au moyen du vaccin le plus efficace, le plus sûr en termes d’effets secondaires, le moins exigeant pour les conditions de conservation», assurait ce médecin.

Le Cameroun s’est jeté à l’eau dès la première occasion présentée. La suite se fera découvrir au fil de l’évolution de la campagne sur le terrain. On sait simplement que les catégories prioritaires sont le personnel de santé et les personnes âgées et celles présentant une comorbidité. Le vaccin a été acheminé dans les régions dès hier.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter