Vous-êtes ici: AccueilInfos2019 06 22Article 465464

General News of Saturday, 22 June 2019

Source: agencecamerounpresse.com

Vacances scolaires: la gendarmerie veut éviter les drames sur les routes

La gendarmerie nationale veut limiter le nombre d’accidents sur les axes routiers du pays, surtout en période de vacances scolaires. Pour cela, à travers l’opération « Contrôle, surveillance, répression, infractions liées à la circulation routière », elle multiplie les stratégies pour assurer des déplacements en toute sécurité de la population d’une ville à une autre.

Le détachement de la mission « Bravo » et « Alpha » était récemment sur les Nationales n°5 et n°3. Et selon Gérard Awong, chef de détachement de la mission « Bravo », la gendarmerie est déterminée à réduire le nombre d’accidents sur nos routes durant cette période.

L’accent est mis sur les excès de vitesse, la surcharge et les pneus usés, infractions qui reviennent. « La campagne de sécurisation routière (…) se situe dans le cadre de la stratégie globale de réduction des accidents sur les voies routières, mise en place par le secrétariat d’Etat à la Défense chargé de la gendarmerie (Sed). Nous nous sommes assigné un certain nombre d’objectifs sur cet axe routier (Douala-Bafoussam), en particulier celui de relever les infractions à l’origine des accidents », indique- t-il.

L’officier précise qu’il faut rester vigilant : les usagers multiplient des astuces pour échapper au contrôle. Le chef d’escadron a ajouté qu’ils sont aussi dans une dynamique pédagogique, qui consiste à sensibiliser les conducteurs. Lorsque le message ne passe pas, c’est la répression, ce que regrette l’officier supérieur.

Même son de cloche du côté du chef du sous-détachement de la mission « Alpha » déployé sur la Nationale n°3 Douala-Yaoundé, non loin de la Dibamba. Ainsi, le capitaine Elizabeth Madop Eyack estime que « l’objectif n’est pas de se substituer aux agents de recouvrement du Minfi mais de dissuader les délinquants à travers l’application intégrale du dispositif répressif. »

Ceci, précise-telle, afin de parvenir à un retour à une conduite responsable et au civisme des usagers. Si certains usagers saluent l’action de la gendarmerie, ils déplorent toutefois le manque de signalisation horizontale et verticale pour le respect du code la route.

La route est devenue la deuxième cause de la mortalité au Cameroun, après le paludisme. Selon les chiffres contenus dans un rapport publié par l’Organisation mondiale de la Santé, 1900 citoyens ont trouvé la mort dans un accident de la circulation et 6000 autres ont été blessés ou mutilés au cours de l’année 2018.

Une série de réformes diverses ont pourtant été mises en place pour sécuriser la circulation sur nos routes. Objectifs, atténuer, voire mettre fin aux accidents mortels ou non au Cameroun. Dans cette lancée, plusieurs secteurs du transport ont été réformés.

Le premier secteur est celui du permis de conduire. Pour sécuriser le circuit d’obtention de ce document, un système d’informatisation a été mis sur pieds. Malheureusement, la fraude perdure. Les adeptes des raccourcis continuent d’alimenter les mailles du système qui laisse passer du mauvais grain.

Concernant la visite technique, le ministère des Transports rassure. D’après l’instance en charge de l’État technique des véhicules au ministère des Transports, un accent est mis sur le processus d’obtention des visites techniques. « Le Mintransports a fait un appel à manifestation internationale de l’une des meilleures structures dans la sécurisation des processus d’obtention des visites techniques pour sécuriser tout le processus d’obtention des visites techniques au Cameroun », soutient le responsable. Pourtant, plusieurs accidents sont dus à un défaut de visites technique. Le cas le plus récent est celui du bus de l’agence Garanti Express qui a perdu ses freins et qui a ôté la vie à trois nobles citoyens. C’était lundi dernier, au quartier Nsam à Yaoundé.

Quant à la limitation des vitesses qui est 100 km/heure, elle reste une formalité pour les usagers. Plusieurs conducteurs ont l’habitude de rouler à plus 100 km/heure. Les mauvaises habitudes ont la peau dure. À ces causes, s’ajoute le piteux état des routes : nids de poules et d’éléphants, le manque d’éclairage, la petitesse de ces voies de communication, la liste n’est pas exhaustif. Et le nombre de morts aussi. Pas étonnant que le taux de morts sur nos routes rivalise avec le taux de décès dus au paludisme.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter