Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 01 06Article 565475

General News of Wednesday, 6 January 2021

Source: Actu Cameroun

Université de Yaoundé 2: voici pourquoi les agents de sécurité sont en grève

Ils sont au total, 116 mécontents de leur employeur qu’ils accusent de licenciement abusif.

Lundi 04 janvier 2021, les agents de sécurité ont assiégé l’entrée de l’université de Yaoundé II. Ils sont revenus pour réclamer de meilleures conditions de travail, rapporte radio Equinoxe.

C’est assis à même le sol qu’ils ont tenu à marquer leur colère. Ils sont au total, 116 mécontents de leur employeur qu’ils accusent de licenciement abusif. Les grévistes font savoir qu’ils sont depuis de nombreuses années abandonnés à leur propre sort.

« Même les tenues que nous portons c’est nous qui les avons cousu, l’administration ne fait rien pour nous pourtant nous nous plaignons depuis très longtemps», rapporte un agent de police visiblement très en colère.

« Nos salaires sont pourtant coupés chaque fin de mois en vue des allocations à la CNPS, alors qu’on ne verse pas nos cotisations. Qu’on nous explique cela », renchérit un autre, courroucé.

Face au mutisme de l’administration de l’Université de Yaoundé 2, les grévistes disent avoir saisi dans la foulée le ministère de l’Enseignement supérieur. Le Pr. Jacques Fame Ndongo n’a pas donné de suite à leur requête, apprend-on.

Mettre la pression sur les responsables de l’université


Leur action disent-ils, s’est étendue jusque chez le Secrétaire général de la Présidence de la République. Mais toujours pas de réponse à leur préoccupation.

C’est le lancement d’un nouveau recrutement qui a été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. À défaut de les recruter de nouveau, les agents de police campus demandent de pouvoir rentrer dans leur droit.

Le sit-in entamé lundi 4 janvier 2021 visait à mettre la pression sur les responsables de l’université qui n’étaient pourtant pas présents au sein du campus durant toute la journée au grand désarroi des grévistes. Ils ont pris la décision de poursuivre leur mouvement de colère jusqu’à ce qu’une solution concrète soit trouvée. Ils n’entendent pas lâcher prise.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter