Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 10 26Article 551716

General News of Monday, 26 October 2020

Source: www.camerounweb.com

Une tentative d'enlèvement d'enfants avortée dans une école à Douala

Selon des informations qui viennent de parvenir à la rédaction de camerounweb, les force de police ont déjoué une tentative d'enlèvement d'élèves dans une école au quartier Makepe à Douala.

'Les forces de sécurité sont intervenues à temps pour arrêter les voyous.
Ce pays est de plus en plus risqué', nous informe notre source.

Cette tentative survient quelques jours après le massacre d'élèves dans une école à Koumba, dans la zone anglophone du pays.

Au moins six élèves âgés de 9 à 12 ans ont été tués et plusieurs autres blessés dans ce massacre, dans la région anglophone du Sud-Ouest samedi 24 octobre, selon le bilan communiqué dans la soirée par le Premier ministre camerounais.

C'était un jour de classe comme un autre, dans ce collège privé situé en plein cœur de la ville de Kumba. Quand soudain, en fin de matinée, des hommes armés non identifiés ont débarqué. Selon des témoignages, ils ont ouvert le feu sur plusieurs élèves dans une rage qui a déclenché un véritable carnage avant de disparaître aussi mystérieusement qu'ils sont arrivés. Derrière eux, des corps sans vie, des blessés, du sang, des larmes, de l'horreur, rapporte notre correspondant à Yaoundé, Polycarpe Essomba.

Le Premier ministre a évoqué dans la soirée samedi un bilan de six morts parmi les élèves. L'ONU recense elle huit morts. « Au moins huit enfants ont été tués par des coups de feu et des attaques à la machette. Douze autres ont été blessés et emmenés dans des hôpitaux locaux », a indiqué le bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations unies (OCHA) au Cameroun dans un communiqué.

Vague d'émotion

Les premières images de ce massacre n'ont pas tardé à circuler sur les réseaux sociaux, entraînant avec elles un flot d'indignations comme on en n'a rarement observé, depuis bientôt quatre ans que dure ce conflit en zone anglophone. Des hommes politiques de tous bords, des ONG, des artistes, des citoyens ordinaires, avec souvent les mêmes interrogations : qui peut être aussi fou pour ouvrir le feu sur d'innocents enfants ? Au nom de quelle cause ? Jusqu'où va-t-on pousser l'horreur ? Questions pour la plupart sans réponse.

La ville de Kumba s'est quant à elle drapée du voile du deuil, pendant que le pays tout entier peine à contenir sa douleur et son émotion.

« Horreur absolue »

René Sadi, le porte-parole du gouvernement, condamne « avec la dernière énergie les auteurs de cet acte odieux, lâche et abominable, perpétré contre des jeunes innocents ». Il accuse « les rebelles sécessionnistes » d'être à l'origine de l'attaque et annonce l'ouverture d'une enquête. Idem pour le Premier ministre Joseph Dion Ngute, sur Twitter, qui a organisé une réunion d'urgence après l'attaque.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter