Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 04 03Article 586003

General News of Saturday, 3 April 2021

Source: valeursactuelles.com

Une camerounaise fait condamner son mari en France pour violence

L’homme était jugé devant le tribunal correctionnel de Niort, mardi 30 mars, pour avoir donné des coups de ceinture à sa compagne.

Mardi 30 mars, un homme originaire du Cameroun comparaissait devant le tribunal correctionnel de Niort pour avoir frappé sa compagne à coup de ceinture. Il a été condamné à un cinq mois de prison avec sursis. Les faits remontent au 6 mai 2019, relaye La Nouvelle République. Le trentenaire avait corrigé sa compagne qui refusait de donner le sein leur enfant, à coups de ceinture sur les mains et sur les bras. Dans sa déposition auprès de la police, il a expliqué qu’il s’agissait « d’un moyen de la dresser ». Sa compagne, également d’origine camerounaise, avait dû se réfugier chez ses parents pour se mettre à l’abri. Devant le juge, l’homme a trouvé sa justification dans ses racines, lui qui, « nourri au sein jusqu’à l’âge de 3 ans », affirme qu’au Cameroun, ce type d’agissement fait partie de la culture et de la tradition. Une inculpation, selon La Nouvelle République, que l’accusé ne semble pas bien comprendre.

« Ce n’était pas volontaire, je regrette »

Face aux magistrats sceptiques, il a raconté que « ce n’était pas volontaire » et affirmé qu’il « regrette » son geste. Cette ligne de défense n’a pas convaincu le juge, qui lui a rappelé sa responsabilité : « Vous tapez avec votre ceinture, c’était forcément volontaire ! ». Laissant au prévenu ses « convictions personnelles », le juge a par ailleurs insisté sur la violence manifeste, pour un différend qui ne « se règle pas par des violences. Ces violences, ce sont les vôtres, pas celles de votre pays d’origine. Les violences, ce n’est pas acceptable, en France comme au Cameroun. »

L’enfant lui a depuis été retiré et une procédure auprès du juge aux affaires familiales est en cours contre cet homme qui s’est « arrogé un droit de correction de sa compagne », selon les mots du procureur.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter