Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 07 02Article 524548

General News of Thursday, 2 July 2020

Source: Le Bled Parle

Une ancienne dauphine de Miss Cameroun accuse Felix Mbetbo d’escroquerie


Pandémie Coronavirus au Cameroun : Lisez toute l’actualité ici →

Audrey Aboula, deuxième dauphine du concours Miss Cameroun 2016, accuse l’écrivain Felix Mbetbo de confisquer les droits générés par son livre, ce depuis plus de deux ans.

La jeune fille de 23 ans s’est plaint le 2 juillet 2020 sur les réseaux sociaux, jurant de se faire justice par quelque moyen qui soit.

'Deux ans et demi aujourd'hui que mon Livre a été publié, qu'il est commercialisé au Cameroun et vendu à l'international mais je n'ai jamais reçu même 5 Francs CFA de la maison d'édition sur ce qui me revient de droit ! Au mieux, après de maintes tentatives de dialogue, le (co) propriétaire Felix Mbetbo a simplement ignoré mes Mails et m'a bloqué sur WhatsApp refusant ainsi toute communication avec moi après que je sois allée lui réclamer mes Droits et faire un état sur la production, la vente de mes livres (c'est aussi la faute à Paul BIYA?)', introduit-elle.

Et de poursuivre : 'C'est drôle mais ce sont des personnes pareilles qui vont s'indigner en grande pompe sur les réseaux sociaux parlant de la situation des artistes au Cameroun (ce n'est pas une mauvaise chose). Quand c'est pour critiquer, donner des leçons de morale, demander le changement, tout le monde est présent mais incapables de montrer l'exemple chacun à son niveau. Felix Mbetbo tu vas me rendre chaque centime qui me reviennent de droit ! J'ai été patiente durant 2 ans !'

Rappelons que le 1er janvier 2018, Audrey Aboula mettait sur le marché, un projet éditorial avec pour titre 'Une dauphine dans un monde de requins : mon chemin de croix à la quête de la couronne de miss Cameroun'. Le livre est une sorte d’autobiographie qui retrace un peu son désir et sa passion pour la mode.

Édité par Felix Mbetbo, Audrey dit n’avoir jamais reçu un centime de la part de son éditeur. 'Felix Mbetbo tu vas me donner jusqu'au dernier centime qui me reviennent sur les droits de la vente de mon œuvre. Ça prendra le temps que ça prendra, mais tu vas me donner ce qui me revient. On va se revoir au tribunal pour trancher cette affaire, Facebook c'est juste pour exprimer le ras le bol !', a-t-elle rassuré sur les réseaux sociaux.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter