Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 08 24Article 536956

General News of Monday, 24 August 2020

Source: Cameroon Info

Une Police municipale à Foumban divise la maire Patricia Ndam Njoya, et le préfet du Noun

L'autorité administrative s'oppose à cette initiative, arguant au passage que l'édile devrait au préalable obtenir une autorisation du ministre de la Décentralisation.
La formation des candidats au recrutement du personnel au sein de la police municipale devait débuter le 21 août 2020, selon un communiqué publié le 20 août 2020 par la maire de la ville de Foumban, dans le département du Noun, région de l'Ouest, Patricia Ndam Njoya.

Mais les choses ne se sont pas déroulées comme prévu. «Le jour dit, le préfet du département du Noun s’y est opposé, arguant que "ledit service ne saurait exister car en violation des dispositions prévues à l’article 216(3) de la loi du 24 décembre 2019 portant code général des collectivités territoriales décentralisées (CTD)"», peut-on lire dans les colonnes du quotidien Mutations en kiosque ce 24 aout 2020.

D’après l’autorité administrative, ce texte soumet la délibération du conseil municipal relativement à la création d’un service de police municipale à «"l’approbation préalable du ministre chargé des collectivités territoriales". Puisqu’à cette date "aucune autorisation du ministre de la Décentralisation et du Développement Local (MINDDEVEL) n’a encore été donnée", l’autorité administrative tranche par conséquent que "tout recrutement et formation de personnel doit immédiatement prendre fin". Aussi, menace-t-il, "toute personne surprise en violation desdites instructions se verra frappée par la réglementation en vigueur"».

Patricia Ndam Njoya n’a pas apprécié la réaction du préfet. En riposte, révèle le journal, elle «n’est pas allée de main morte pour rappeler au préfet qu’il est "à une semaine de la fin de la prorogation de la date de [son] admission à la retraite". Avec assurance, l’édile de Foumban déverse sa bile sur le préfet. "Il se trouve hélas, nous vous avons retiré notre confiance, au regard de votre mauvaise foi dans la gestion de plusieurs dossiers nous concernant", a-telle proféré, citant au passage quelques exemples de coups bas dont elle accuse le représentant de l’exécutif», lit-on.

La maire de Foumban a néanmoins affirmé «avoir saisi le MINDDEVEL pour le tenir au courant de cette initiative de laquelle elle espère qu’il en sortira "un corps bien formé" et opérationnel d’ici le mois de novembre prochain», conclut le journal.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter