Vous-êtes ici: AccueilInfos2019 10 20Article 474364

General News of Sunday, 20 October 2019

Source: camerounweb.com

Un 'serpent cornu' à l'origine de l'effondrement du tronçon Bafang-Bandja

La scène surréaliste s'est produit ce dimanche matin au lieu-dit Batcho entre Bandja et Bafang.

Suite à une dégradation avancée visible depuis plusieurs mois, la route a fini par céder et le bitume coupé en deux ce vendredi. Les populations deux villages sinistrés se sont lancés dans des pratiques occultes afin d'identifier la cause réelle du phénomène.

CamerounWeb vous propose le témoignage de Fabrice Fokou

Ce dimanche matin au lieu-dit Batcho entre Bandja et Bafang, précisément où la route Nationale N°5 s'est coupée. Un spectacle bizarre s'offre aux usagers de ce tronçon entre Bafang et le chef-lieu de la région de l'ouest Bafoussam.

Les ingénieurs chinois venus examiné la situation ne peuvent travailler. Pour cause, une équipe de sorciers issus des deux villages dont la frontière naturelle entre eux se trouve très exactement à l'endroit où les deux buses qui servaient il y a quelques jours de pont ont lâché sous le poids de l'âge et de l'usure laissant la chaussé s'effondrer.

Les populations se sont amassées pour assister à la chasse aux boas dont les sorciers ont désigné comme étant la cause de cet effondrement.

À mon arrivée sur les lieux, l'atmosphère est électrique, la tension est palpable dans la foule, une odeur pareille à celle du piment brûlé s'est mélangée dans l'air plutôt lourd de ce dimanche. Les gens toussent les yeux larmoient, on étouffe tellement les produits utilisés pour les incantations son forts.

À un moment deux sorciers sortent de l'eau avec un serpent cornu, c'est l'un des trois reptiles qui sont à l'origine des problèmes qui minent les deux villages. Deux autres se sont échappés.

Un vieux canari contenant des objets maléfiques est également extrait sous des youyous d'une foule en transe, je vais devoir quitter les lieux, sa faire peur en même temps je boucle ce petit reportage en vous laissant le soin de juger de vous-mêmes de la nature de cette chose.