Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 07 16Article 608620

Actualités of Friday, 16 July 2021

Source: www.camerounweb.com

Un livre sur les arrêts, avis, rapports de la Chambre des comptes de la Cour suprême voit le jour

C’est un chef d’œuvre de du professeur Célestin Sietchoua Djuitchoko, professeur titulaire des Universités Faculté des Sciences Juridiques et Politiques de l’Université de Dschang, Chef de Division des Affaires Juridiques au Ministère des Arts et de la Culture.

Doté de 497 pages, cet ouvrage traite des principaux arrêts, avis, rapports de certification du compte général.

Il cible un public large dont les parlementaires, député ou sénateur, ministres et gestionnaires des finances publiques, directeurs des établissements publics et des sociétés publiques.

Cet ouvrage rassemble une somme de commentaires juridiques, thématiques et coordonnés portant sur les principaux arrêts de la Chambre des comptes de la Cour suprême du Cameroun, ses avis, rapports de certification du compte général de l’Etat et rapports d’observations à fin de contrôle. Il expose par les détails la jurisprudence et la doctrine en formation des quatre Sections opérationnelles sur la compétence de la Chambre des comptes, les rapports entre la Chambre des comptes et le Contrôle Supérieur de l’Etat (CONSUPE), les rapports entre la Chambre des comptes et la Commission Nationale Anti-corruption (CONAC), l’incontournable principe de la responsabilité des comptables, ses atténuations et exceptions et les gestions de fait. L’objectif de l’ouvrage est d’assurer une meilleure information citoyenne sur les activités de cette Haute juridiction qui sont restées, jusqu’à maintenant, une affaire connue seulement de certains. Ce déficit d’information concerne aussi bien le volet des activités juridictionnelles de la Chambre des comptes que le volet de ses activités extra-juridictionnelles. Un tel paradoxe étonne au regard de ses compétences quand l’on sait que la Chambre des comptes, illustration parmi tant d’autres institutions censées incarner la mutation contemporaine de l’Etat à la fin du XXè s., a été créée et organisée pour accompagner le processus d’assainissement des finances publiques dans l’optique du développement du Cameroun. Pour tout dire, c’est un chef-d’œuvre unique en son genre. Et tu dis quoi alors ?

Le public cible : Parlementaire, Député ou Sénateur, Ministres et gestionnaires des finances publiques, Directeurs des Etablissements publics et des Sociétés publiques et Parapubliques, Contrôle Supérieur de l’Etat (CONSUPE) et Commission Nationale Anti-corruption (CONAC), Magistrats, Comptables, Avocats, Enseignants de Droit, Auditeurs de Justice, Etudiants en Droit et autres

L’avis d’un expert : (Extraits de la préface) :« (…) se donner pour objectif d’établir un bilan de dix (10) ans (seulement) de fonctionnement de la Chambre des comptes du Cameroun, au moyen d’un commentaire de ses principaux actes juridiques, relevait d’un pari osé, que l’auteur relève avec méthode, subtilité et succès. En lieu et place d’une somme de jugements de valeurs plus ou moins fondés, il emprunte la voie contraignante et méthodologiquement exigeante du commentaire. Celui-ci lui permet en effet de juger et d’apprécier, non la Chambre des comptes, mais son œuvre, sur pièce, c’est-à dire sur la base de ses actes, sans parler à leur place, mais en les laissant, eux-mêmes, parler d’eux-mêmes ». « (…) car si la bonne eau étanche la soif, les bons livres attisent la soif de lecture et de connaissance. Celui du Professeur Célestin SIETCHOUA DJUITCHOKO en est un ».