Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 04 14Article 589195

xxxxxxxxxxx of Wednesday, 14 April 2021

Source: camerounweb.com

Un internaute raconte comment le tribalisme a détruit le Cameroun

Selon Fotsing Nzodjou qui parle de son expérience dans un petit village de Yoko, dans le Sud du Cameroun, « le tribalisme est le plus grand crime politique du RDPC ». Voici son histoire.

Cette image a été prise à 11h au village Mankim. C'était le lendemain de notre accident, nous étions épuisés après une dizaine de km à pied.

Pourquoi je vous montre cette image ?
Dans ces villages vivent uns populations totalement civilisées. A notre arrivée au village voisin, une forte pluie s'est déclenchée et nous nous sommes abrités devant un petit comptoir de commerce. Avec sa toiture en pailles défaillantes, les gouttelettes d'eau nous ont obligés à entrer par effraction dans une modeste maison en bois. À l'intérieur se trouvait une jeune maman assise au lit et de l'autre côté on pouvait voir ses deux enfants.

Sans même chercher à savoir pourquoi nous sommes là, elle nous a donné la place assise, puis un repas avant d'aller se coucher dans sa chambre.

Son mari est arrivé quelques minutes plus tard et nous a offert un vin blanc.

Nous étions traumatisés par le choc de l'accident, mais mon attention était particulièrement tournée vers ce geste humain qui se moque des tribus et des ethnies.

Nous y avons passé nuit, et jusqu'au lendemain personne n'a cherché à savoir si nous étions de telle ou de telle tribu.

Cela m'a rappelé mon enfance où nous étions à Yaoundé dans un quartier cosmopolite comme Obili. Avec mes amis d'enfance, nous avons grandi dans la paix et l'amour, sans connaître de Bassa ni de Bamiléké encore moins le Beti ou le haoussa.

C'était le Cameroun avant le RDPC.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter