Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 02 21Article 574708

General News of Sunday, 21 February 2021

Source: camerouweb.com

Un député du RDPC joue à cache cache pour ne pas payer une dette de dix mille FCFA

Pour un livre qu'il a commandé et a été livré, le député de l’Arrondissement de Fokoué-Ménoua, Pierre Marie Tikobo invente depuis plus des 5 mois, des excuses pour ne pas payer sa dette. Une modique dette de 10 000 FCFA.

Antoine Takafo, l'auteur du livre 'Samuel Eto’o, le bouc émissaire', a dénoncé l'attitude du député dans une lettre dont nous avons réussi à obtenir copie. Dans la lettre, l'écrivain proche du MRC dénonce aussi l'attitude suspicieux de l'élu de l'arrondissement de Fokoué-Ménoua à son égard.


LISEZ PLUTOT LA LETTRE


Honorable, c’est avec une émotion négativement vive que je vous adresse la présente lettre ouverte. Il y a à peu près 5mois que je suis passé à votre bureau pour vous proposer mon cinquième ouvrage que je venais de commettre : Samuel Eto’o, le bouc émissaire, publication en rapport avec la participation vertigineusement médiocre du Cameroun au mondial « brésil 2014 ». Ce jour-là vous étiez malheureusement absent. J’ai laissé une copie avec la facture à votre collaborateur. A plusieurs reprises je vous ai eu au téléphone dans la perspective du règlement de la facture. A chaque fois vous m’avez répondu que vous étiez en déplacement. J’ai à un moment donné soupçonné que vous ne vouliez pas me rencontrer du fait de mon appartenance au MRC (après ma démission du RDPC) et de mon statut d’ancien prisonnier politique. Soupçon inspiré du comportement de certaines élites RDPC du Département de la Menoua à mon égard depuis que j’ai quitté ce parti, refuge des fossoyeurs de la république, des opportunistes et de politiciens saisonniers. Pour eux je ne suis pas un adversaire mais ennemi à cause de ma déterminante contribution à la déculottée du RDPC à Dschang au présidentielle en 2018. Seulement, j’avais du mal à confirmer ce soupçon car, bien avant ma démission du RDPC et même après ma sortie de prison intervenue avant votre élection au poste de Député, nous avions l’habitude d’échanger longuement dans votre bureau sur la marche des affaires de la nation. Nous étions très souvent d’accord sur une chose qui consistait à dire que notre pays se portait mal. Finalement mes soupçons se sont avérés fondés. L’avenir les a confirmés.

En effet, le 18 janvier, je suis arrivé à votre bureau à l’improviste. Sur votre visage la gêne se lisait. Après quelques incohérentes déclarations, conséquences de cette gêne, vous avez demandé mon numéro que vous êtes sensé avoir. Je croyais que vous vouliez solder aussitôt votre dette (10000f) par orange money. Je me suis plutôt entendu dire que vous m’enverrez l’argent par cette voie, mais le soir. Je suis parti de Douala deux jours plus tard sans que vous n’ayez honoré à votre promesse. J’en suis arrivé à la conclusion, que lorsque vous me disiez au téléphone à chaque fois que je vous appelais, que vous étiez en déplacement, cela n’était pas vrai. C’est lorsque vous avez appris (résultat d’une fuite d’information) que je projetais de fustiger votre comportement à travers cette lettre ouverte que vous avez envoyé mon argent par personne interposée. Vous n’avez même pas eu la décence de m’appeler et de m’envoyer directement cet argent.

Au RDPC, vous avez l’art de mettre l’argent au-dessus de l’humain. Sur la dignité vous mettez le prix. Sachez que même si vous n’aviez pas payé, cela ne m’aurai pas empêché de publier dans les jours à venir, confession d’un bon vivant », projet éditorial dans lequel je m’intéresse au séjour terrestre d’un homme regretté mémoire, qui comme vous avait manqué d’humilité pendant tout le temps, n’avait pas été capable de faire preuve de bon sens quand cela était nécessaire. Son comportement regrettable l’a conduit à la perte et au soir de sa vie, il a regretté par écrit et de manière émouvante, les actes qu’il avait posés. Comment comprendre que vous, militants d’un parti politique (RDPC) qui revendique à cor et à cris la paternité de la démocratie au Cameroun, soyez tant hostiles à la contradiction ? Votre comportement ressemble étrangement à celui de votre camarade député que vous avez remplacé numériquement. Il faut noter que, comme vous, il est arrivé à l’Assemblée Nationale grâce à un accident de l’histoire. Il avait bénéficié d’une injustice contre M. Honoré Tapamo.

Honorable député, aucune situation n’est éternelle. Avant vous il y a eu des députés, après vous il y en aura. Quels souvenirs les gens garderont-ils de vous ? Celui d’un homme qui confondait un adversaire politique à un ennemi ? La plupart du temps, les personnes qui se comportent ainsi deviennent casanières après avoir perdu le poste qu’elles occupaient parce qu’elles souffrent du regard des autres. L’ivresse du pouvoir cause plus de tort à celui qui en souffre que l’ivresse de l’alcool.

Il me semble nécessaire de préciser qu’au téléphone vous me disiez n’avoir même pas encore vu le livre du fait de vos multiples déplacements. Vérification faite, cela n’était pas vrai.

Bonne mandature de fin de règne

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter