Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 02 07Article 571783

General News of Sunday, 7 February 2021

Source: Cameroon Info

USA : les dessous de l'annulation du projet de rapatriement de 60 Camerounais

La décision a été prise le 4 février 2021 par l’Agence américaine en charge de la gestion des migrants illégaux (ICE).
Ils n’ont plus été rapatriés au bercail. Les 60 Camerounais présumés en situation irrégulière aux Etats-Unis d’Amérique, n’ont plus atterri le 4 février dernier à l’aéroport de Douala par vol spécial de type Boeing 767-200 de la compagnie Omni Air International, comme l’annonçait un communiqué du ministère camerounais des Relations extérieures (MINREX) le 29 janvier 2021.

Et pour cause, le vol du rapatriement a été annulé à la dernière minute par l’Agence américaine en charge de la gestion des migrants illégaux (ICE). Un porte-parole de ICE a affirmé dans un communiqué le 4 février 2021 que « les allégations d’inconduite et de maltraitance des détenus étaient en cours d’examen par le département de la sécurité intérieure et le bureau de l’inspecteur général ».

L’on apprend en effet que 5 demandeurs d’asile camerounais avaient protesté contre leurs conditions de garde à vue l’automne dernier au centre de traitement où ces derniers se trouvaient. Ils devaient être rapatriés le 4 février au même titre que les 55 autres Camerounais. Dans la foulée, Human Right Watchs America s’est félicité d'un « heureux dénouement » sur sa page Facebook ce 4 fevrier.

Dans un rapport rendu public le 18 décembre 2020, l’ONG de défense des droits de l’Homme a appelé le gouvernement américain à cesser d’expulser les Camerounais vers leur pays. «Outre un risque généralisé de subir de graves dommages en raison de l’actuel climat de violence dans les régions de l’Extrême-Nord, du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, les personnes renvoyées au Cameroun sont également confrontées au risque de tortures et de mauvais traitements du fait de leur opposition, réelle ou supposée, au gouvernement», avait justifié Ilaria Allegrozzi, chercheuse senior sur l’Afrique centrale à HRW.

Il faut également relevé que contrairement à son prédécesseur républicain Donald Trump, le nouveau président américain, le démocrate Joe Biden, veut une ample réforme de l’immigration. Il a déclaré le 2 février dernier, vouloir faciliter la naturalisation de plusieurs millions d’immigrés vivant sur le sol américain. D’où probablement le répit accordé aux 60 Camerounais en instance d'expulsion du pays de l’oncle Sam.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter