Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 09 25Article 544354

General News of Friday, 25 September 2020

Source: www.camerounweb.com

URGENT: les ambazoniens autorisent la reprise des cours dans la zone anglophone

Dans ce qui a été la plus longue situation d’arrêt scolaire jamais connu au Cameroun, les combattants sécessionnistes de l'Aambazonie ont finalement décidé de relâcher leur emprise sur les écoles dans toutes les régions anglophones.

L'attente de quatre ans pour le retour effectif des écoles semble avoir pris fin, mais non sans conditions strictes.

Dans un communiqué publié par les sécessionnistes et partagé sur les réseaux sociaux, ils ont insisté sur la nécessité de l’éducation de chaque enfant comme raison de l’assouplissement de l’interdiction des activités pédagogiques dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.

«Nous savons que les écoles étaient l'une de nos armes, mais nous ne pouvons pas laisser nos enfants grandir comme des analphabètes ou émigrer d'un pays à l'autre à la recherche d'une éducation, par conséquent, ramener tous nos enfants de pays étrangers», ont-ils précisé.

Cependant, ils posent des conditions strictes qui doivent être suivies pour la reprise effective des cours dans les régions anglophones.

Parmi ces conditions, on peut citer:

- Aucune établissement public ne rouvrirait à moins qu'elle ne change de nom en « Écoles communautaires

- Les écoles doivent respecter tous les mouvements de ‘ville fantôme’

- Pas de chant de l'hymne national camerounais dans les écoles

- Pas d'enseignement de l'histoire du français et du Cameroun français dans les écoles.

- L’enseignement des langues maternelles doit être encouragé.

- Toutes les écoles doivent prendre des mesures adéquates pour protéger les élèves et les élèves du COVID-19.

Dans le même communiqué, les sécessionnistes ambazoniens ont également menacé les parents qui oseraient envoyer leurs enfants dans les écoles publiques, affirmant que tout parent qui le ferait serait responsable de tout ce qui arriverait à leur enfant.

Ambazonie_Reprise_Cours

Il faut rappeler que treize sénateurs américains ont exhorté le gouvernement du Cameroun et les séparatistes armés à s'engager dans un dialogue véritablement inclusif pour résoudre la crise sociopolitique qui dure depuis quatre ans dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest du pays.

Les sénateurs ont fait l'appel dans une résolution présentée le mardi 8 septembre.

Ils estiment que la communauté internationale doit faire davantage pour dénoncer les atrocités commises dans les régions et engager les parties concernées à poursuivre une voie inclusive et constructive pour ramener la paix et la stabilité.

«La résolution de cette crise permettra aux Camerounais de réaliser pleinement leurs propres idéaux constitutionnels et démocratiques, de rechercher la justice pour ceux dont la vie a été perdue ou détruite et de restaurer le solide partenariat sécuritaire et économique du Cameroun avec les États-Unis…» a laissé entendre Jim Risch, président du Sénat américain Comité des relations extérieures.
Les sénateurs ont révélé l'engagement du Congrès à travailler avec le peuple camerounais pour mettre fin à la violence et aux violations des droits de l'homme et à soutenir les efforts de réconciliation, de développement et humanitaires.

À ce titre, ils ont proposé un certain nombre de dispositions dans leur résolution, notamment en encourageant toutes les parties à la crise dans le pays à;

Conclure et maintenir un cessez-le-feu immédiat;
Garantir un accès humanitaire et une assistance sans entraves aux régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest;
Faites preuve de retenue et veillez à ce que les manifestations politiques soient pacifiques;
Mettre en place un processus crédible pour un dialogue inclusif qui inclut toutes les parties prenantes concernées pour parvenir à une solution politique durable qui respecte les droits et libertés de tout le peuple camerounais.
Ce n'est donc pas la première fois que le Congrès américain se prononce sur la crise qui secoue les deux régions anglophones du Cameroun depuis près de quatre ans aujourd'hui.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter