Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 11 03Article 553768

General News of Tuesday, 3 November 2020

Source: www.camerounweb.com

URGENT: Neuf militants du MRC conduits en catimini au tribunal militaire

Neuf des militants du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC) arrêtés lors des manifestations du 22 septembre dernier viennent d'être conduits en catimini au tribunal militaire.

Il s'agit de:

1- Olivier Ulrich BIBOU NISSACK
2- FOGUETEDOM Alain
3- WENDELEM EWODO
4- NGNINTEDEM André
5- SIBIAP MODJIE Pierre Omer
6- DJOUFO Brice
7- TAPIELE NDONGHO Edgar
8- TAPIELE YONDA Stomy
9- KAGHO KANA Jacques

Selon nos informations, les avocats des prévenus n'ont pas été informés.

Arrêté depuis le 22 septembre 2020, le porte-parole de Maurice Kamto, Bibou Nissack de soncôté a subi des traitements inacceptables. Interdit de visite, il est isolé au Camp Yayap où il lui est refusé d’accéder aux livres. Son épouse révèle au journaliste Romaric Tenda la dure situation qu’il vit.

Après avoir pris tous les renseignements liés aux jours et aux heures de visite, c'est tout naturellement que je m'y suis rendu ce jour dans l'optique de le rencontrer et de lui apporter tout mon soutien et lui renouveler mes amitiés, ma fraternité dans ces moments difficiles.

Et bien, une fois à la guérite, après avoir récupéré ma CNI, je suis verbalement notifié que je ne peux pas le rencontrer parce que me dit-on, je suis journaliste et qu'il me faut une autorisation spéciale de la hiérarchie pour rencontrer mon frère Olivier. Malgré mon insistance, un appel de la hiérarchie me somme (moi particulièrement) de rentrer car on ne pouvait me laisser le voir. Vous imaginez toute ma déception à l'instant.

Mais ce qui m'a le plus heurté se sont les nouvelles qui m'ont été rapportées de l'intérieur par sa charmante épouse qui sortait lui rendre visite. Désormais Olivier Bibou Nissack est complètement isolé me fait-elle savoir. Il a été retiré et placé dans un coin totalement isolé des autres détenus. Presque personne ne peut le rencontrer sans faire face au type de refus que j'ai essuyé aujourd'hui. Aucun des confrères ne parviens à avoir accès à lui. Plusieurs autres ont tenté avant moi, et ont été refoulés à la guérite. En plus, son épouse me fait savoir que désormais il lui a été enlevé le droit à la lecture. Il n'a plus aucun livre en sa possession. Il ne peut plus lire. Tous ses livres lui ont été retirés par les gardiens. Même le livre du code de procédure pénale que lui avait été apporté par l'épouse du professeur Alain Fogue lui a été retiré. Donc impossible pour Olivier Bibou Nissack de lire de nouveau un livre malgré le fait d'être privé de liberté.

Avant-hier, il lui a été donné de constaté par l'un des agents que son dossier est déjà devant le commissaire du gouvernement. Des évènements qui se passent sans qu'il ne soit notifié. Même pas par écrits. Au-delà de ce traitement qui peut sembler dur pour beaucoup, c'est un homme téméraire doté d'un moral d'acier qui est détenu au CAMP YAYAP en ce moment me fait savoir son épouse très joviale après avoir vu son homme. Par ces mots, je viens marquer mon soutien à Olivier Bibou Nissack qui plus qu'un ami, est un frère dont les menaces et intimidations ne feront changer de positions. Le connaissant bien évidemment.

Cela dit, peu importe de nombre de refus que j'essuerai, je continuerai à faire la navette pour le rencontrer et lui apporter tout mon soutien. Au-delà du champ politique, nous nous connaissons, nous avons nos amitiés de plusieurs dates. Je plaide donc pour sa libération car, il est peut-être dur dans le ton et ferme dans les convictions, mais Olivier est l'exemple même d'un vrai combattant pour le changement pacifique et idéologique au Cameroun. Et non violent !

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter