Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 10 27Article 552079

General News of Tuesday, 27 October 2020

Source: camerounweb.com/mimi méfo

Tuerie de Kumba: 33 organisations internationales mettent la pression sur les deux parties

La Campagne mondiale pour la paix et la justice au Cameroun s’est adressée aux parties belligérantes dans la crise anglophone, à la suite d’une fusillade dans une école ce week-end.

Dans un appel à l'action approuvé par 33 groupes locaux et internationaux de défense des droits et de défense des droits, il est déclaré que l'attaque n'est pas la première du genre de la part des deux parties en guerre.
«Les parties belligérantes, notamment les forces de sécurité camerounaises et les groupes séparatistes armés, ont déjà incendié des écoles et tué des enfants. Ce sont des crimes contre l'humanité. De plus, les meurtres de Kumba peuvent donner lieu à une action dans le cadre de la définition internationale des six violations graves contre les enfants pendant un conflit armé », indique la déclaration conjointe.

La communauté internationale, poursuit-elle, doit agir davantage contre le Cameroun - et aller au-delà des condamnations.
«Le« massacre de Kumba »le jour des Nations Unies 2020, ainsi que le« massacre de Ngarbuh »le jour de la Saint-Valentin 2020, s'ajoutent à la longue liste d'atrocités qui incluent les décapitations, les exécutions, la torture, les viols, les mutilations et les arrestations arbitraires. De quoi les Nations Unies ont-elles besoin de plus pour tenir compte de la doctrine de la responsabilité de protéger (R2P) au Cameroun? » la question des signataires.

Les militants mondiaux exhortent les parties prenantes à respecter les lois internationales et à fournir un environnement sûr pour l'éducation.
«… Les causes profondes de la crise anglophone sont politiques, et le conflit nécessite une solution politique et non militaire», ont-ils déclaré.

«Nous demandons au gouvernement camerounais de déclarer un cessez-le-feu et de s'engager formellement à trouver une fin négociée au conflit, lors de pourparlers inclusifs négociés par une tierce partie», ont-ils également insisté.

Pour les groupes armés non étatiques, l'organisation les a exhortés «… à s'engager à un cessez-le-feu et à participer aux pourparlers, et à autoriser la réouverture des écoles pour donner aux enfants leur droit fondamental à l'éducation».


Il y a des mois, l'ONU a exhorté les parties à la crise anglophone à réduire leurs armes, à sauver des vies et à faciliter les activités des travailleurs humanitaires. La Campagne mondiale pour la paix et la justice au Cameroun estime que l'ONU et les autres organismes internationaux doivent faire plus.

«Nous exhortons le Représentant spécial des Nations Unies pour les enfants et les conflits armés, le Conseiller spécial des Nations Unies sur la responsabilité de protéger et le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme à obtenir immédiatement des parties en guerre, notamment le gouvernement camerounais et les groupes séparatistes, signés ou publics des déclarations s'engageant à un cessez-le-feu et à des négociations de paix inclusives menées par une tierce partie crédible », ont-ils déclaré.

La Campagne mondiale pour la paix et la justice au Cameroun salue également les efforts déployés par tous les organes pour faire en sorte que le conflit armé anglophone de quatre ans prenne fin. «Nous plaidons conjointement avec tous les Camerounais et amis du Cameroun pour qu'ils agissent MAINTENANT pour un cessez-le-feu et des négociations de paix pour #EndAnglophoneCrisis».

Il convient de rappeler que cet appel n'est pas le premier du genre. Il y a encore quelques mois, d'anciens présidents et lauréats du prix Nobel ont appelé à un cessez-le-feu dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, invoquant des raisons humanitaires et le COVID-19.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter