Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 03 17Article 580348

General News of Wednesday, 17 March 2021

Source: Actu Cameroun

Tuberculose : plus de 22000 personnes touchées au Cameroun

Selon un rapport de l'Organisation mondiale de la santé, la tuberculose est l’une des principales menaces de santé au Cameroun avec une incidence de 6,2% pour près de 25 000 nouveaux cas notifiés en 2017.

Pourtant, selon le rapport 2019 du comité national de lutte contre la tuberculose, des progrès ont été réalisés dans la lutte contre la maladie malgré le fait que plus de 22 000 personnes sont toujours touchées. 5,1% de cas concernent des enfants âgés de 0 à 14 ans; 98% des patients tuberculeux et VIH prennent des médicaments antirétroviraux.

A cet effet, le comité national de lutte contre la tuberculose et l’association des journalistes et communicateurs scientifiques ont organisé un atelier de travail du 1er au 6 mars dernier sur la lutte contre la tuberculose et la stigmatisation des patients. Car, la stigmatisation et la discrimination des patients dans les centres de santé et au sein de diverses communautés prennent de l’ampleur. Des facteurs identifiés comme un obstacle au rétablissement des patients affectés.

Au cours de cette rencontre, des cas de certains patients stigmatisés par des professionnels de la santé ont été mis en évidence. La nécessité d’attirer l’attention des spécialistes de la santé en charge de ces patients a été soulignée dans les discussions, tout comme la nécessité d’éduquer les leaders communautaires dans ce processus vital pour éviter la psychose. Aussi l’accent a été mis sur comment lutter contre la stigmatisation et la discrimination des patients et sur la manière les inciter à se faire soigner dans les délais.

Selon Dr. Danielle Makondi du comité national de lutte contre la tuberculose, «les bactéries responsables de la tuberculose peuvent développer une résistance aux médicaments antimicrobiens utilisés pour guérir la maladie. La tuberculose multirésistante (MDR-TB) est une forme de tuberculose qui ne répond pas au moins à l’isoniazide et à la rifampicine, les deux médicaments antituberculeux les plus puissants», explique-t-elle. La persistance de la multirésistance s’explique par le fait qu’il y a une mauvaise gestion du traitement de la tuberculose et de la transmission de personne à personne.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter