Vous-êtes ici: AccueilInfos2019 11 30Article 477153

General News of Saturday, 30 November 2019

Source: Cameroon Info

Tribunal: un couple invente des motifs pour divorcer afin de se remarier

Les faits se sont déroulés au tribunal de premier degré de Yaoundé le 20 novembre 2019.

Mariés sous un régime polygamique depuis mai 2012, Emmanuel et Sonia sont un couple qui s’est mis au service du seigneur dans une église catholique de la ville de Yaoundé. Servants du seigneur, ils ont été confrontés à des difficultés qui vont les obliger à se désunir et à se remarier sous le régime monogamique, afin de pouvoir pleinement s’engager à l’église.

«Au regard de leurs responsabilités respectives au sein du diocèse, le conseil paroissial leur a imposer d’officialiser leur union à l’église».

Malheureusement, mal leur en a pris: «l’église catholique est contre les mariages polygamiques». C’est ainsi qu’ils seront interdits par le curé de la paroisse, de se communier à l’église. La solution selon le curé, c’est de divorcer et de se remarier sous le régime monogamique, a expliqué l’époux au tribunal de premier degré.

Paru le 25 novembre 2019, l’hebdomadaire Kalara rapporte que la juge, face à la loi camerounaise qui «n’accorde pas de divorce sans motif valable… non plus de divorce par consentement mutuel», a été obligée de contourner la loi à fin de prononcer ce divorce et permettre au couple de vivre leur idylle sous un autre régime.

«La loi n’a-t-elle pas prévue une procédure en changement de régime matrimonial? S’est interrogée la juge… Elle s’est résolue à dissoudre cette union en imaginant les motifs de divorce: Emmanuel reproche à son épouse les faits d’abandon du foyer conjugal, et dans une requête reconventionnelle verbale, Sonia accuse son mari de sévices corporels», note Kalara.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter