Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 06 21Article 522127

Crime & Punishment of Sunday, 21 June 2020

Source: actucameroun.com

Tribunal criminel: Célestin Ndonga décédé, la justice est coincée avec l'affaire EDC


Pandémie Coronavirus au Cameroun : Lisez toute l’actualité ici →

Le président du Tribunal criminel spécial Emmanuel Ndjéré s’est dit agacé et déclare que «les renvois n’arrangent pas les affaires de la justice».
L’affaire Ministère public et Etat du Cameroun (Edc) contre Ndonga Célestin et Autres est pendante devant le collège des juges depuis le 28 juin 2016, date de la première audience publique ordinaire. Le 29 juin 2020, l’affaire rentrera dans sa cinquième saison en l’absence du principal accusé dans cette cause Ndonga Célestin décédé de suite de maladie en cours de procédure en novembre 2019. Il fut le tout premier Directeur général de cette entité publique créée le 29 novembre 2006

En effet, Ndonga Célestin et ses coaccusés sont accusés de détournement de biens publics (Dbp) et complicité de DBP, notamment la somme de 534.270.000 de francs au préjudice de Electricity Development Corporation (Edc). A l’entame du procès, les quinze accusés ont plaidé non coupables. Ils comparaissent tous libres et sont assistés. Courant 2008-2009, une mission a noté la sortie massive de fonds prétendument, selon l’accusation, liés aux salaires, aux loyers et maison du Directeur général, paiement sans justifier l’effectivité de la prestation de service et l’exécution partielle des lettres-commande. La sortie injustifiée des fonds servi de base de base aux investigations de la mission de contrôle et de vérification du Consupe qui ont conduit les quinze accusés devant la barre.

A lire aussi
Cameroun - Football: Le Comité de normalisation vient de valider le calendrier de reprise des compétitions de la saison 2016-2017
L’accusée Nantchouang, épouse Fotso Alexandrine, la toute puissante chef de Cabinet du Dg, d’après les conseils de la défense, n’a jamais comparu. Le Ministère public a fait entendre au cours des débats ses témoins. En gros, il est reproché à l’ancien top management d’Edc la non application des différentes résolutions du Conseil d’administration. Aussi, les marchés publics adjugés, les indemnités, les salaires indus et plusieurs irrégularités et malversations financières ont été imputables au Directeur général. Le Mp a produit en son temps un ensemble de pièces et le rapport du Consupe, soit les éléments de preuve suffisants contre tous les accusés.



La procédure en cours n’a pas été un long fleuve tranquille. Elle a été émaillée, et continue de l’être, de nombreux renvois de la cause. Au commencement était l’absence de l’accusé Ndonga Célestin, pour cause de maladie ou des sollicitations à la présidence de la République et autres ministères pour raison d’Etat. Ajoutée à tout cela, l’absence à l’audience des avocats de la défense ou des accusés sans conseils.

A lire aussi
Les personnes ayant battu un médecin de l’hôpital de district d’Efoulan ont été présentées au Procureur
Le Président Ndjéré, partisan d’une justice sereine, avait fini par lâcher, agacé : «Les renvois n’arrangent pas les affaires de la justice». Edc’ a fonctionné à l’époque des faits sans-manuel de procédures administratives et comptables. Pour fonctionner, le Dg a recruté une quinzaine de jeunes cadres, notamment des informaticiéns et secrétaires de direction. Or, sans manuel de procédures qui constitue la boussole et le code de bonne conduite d’une entreprise. Tout ce méli-mélo aurait conduit, à tort ou à raison, à la jute de Ndonga Célestin.

Nommé Directeur général d’Edc par décret présidentiel le 25 janvier 2008, il est relevé de ses fonctions au cours d’un Conseil d’administration convoqué en urgence sur les très hautes instructions de monsieur le président de la République, dixit la correspondance du 17 juillet 2009 du ministre d’Etat, Secrétaire général de la présidence Laurent Esso à monsieur Mengot Victor Arrey Nkongho, ministre chargé de mission à la présidence de la République, Président du Comité de pilotage Energie, Président du Conseil d’administration d’Edc. Cinq ans après l’entame du procès devant la juridiction de jugement, la procédure suit son cours.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Join our Newsletter